Le ministre de l’Economie, Naftali Bennett, devrait avoir une garde rapprochée à partir de jeudi, après que des posters dépeignant le dirigeant d’HaBayit HaYehudi comme Hitler avec une croix gammée sur son front aient été découverts dans la capitale.

Le politicien nationaliste a été pris au milieu d’une violente confrontation mercredi quand des militants pour les droits des homosexuels ont pris à partie les militants de HaBayit HaYehudi alors que Bennett était sur le point d’intervenir.

Dans un message posté sur Facebook jeudi, Bennett accuse la gauche israélienne d’incitation à la violence à son égard. Il se réfère même à l’assassinat d’Yitzhak Rabin, qui a été tué par un homme armé juif de droite qui aurait été inspiré par la rhétorique anti-gouvernementale des extrémistes.

« La gauche n’a rien appris des meurtres de Rabbin », écrit Bennett et affirme que les activistes de la confrontation étaient des membres du parti travailliste.

Bennet, qui dirige le célèbre parti nationaliste et religieux HaBayit HaYehudi, a exhorté Isaac Herzog à lever la voix contre ce genre d’actes.

« Quand des militants de gauche, dont les membres de votre parti, prennent part à un incident violent contre mon parti, vous ne pouvez pas rester silencieux ».

Bennett a aussi affirmé que la députée Ayelet Shaked, elle aussi membre de son parti avait reçu des menaces quelques jours auparavant, la mettant en garde que si elle participait à l’événement elle risquait d’avoir à faire face à des conséquences violentes.

Mais, a-t-il affirmé, ces menaces ne l’influenceront pas.

« La violence des gauchistes n’influera pas sur mon emploi du temps d’une seule seconde. Personne ne nous fera taire. Personne ».

Mercredi soir, Bennett a donné une conférence politique à Haïfa à laquelle ont assisté des membres de la communauté gay qui sont venus pour protester contre ce qu’ils qualifient être de l’homophobie de HaBayit HaYehudi qui exprime ouvertement leur opposition à la légalisation du mariage de personnes de même sexe.

Après que les manifestants de gauche ont déployé un drapeau, les membres de l’auditoire et les gardes de sécurité leur ont demandé de partir, mais la situation a rapidement dégénéré conduisant à une confrontation dans les allées. Un des manifestants a été arrêté par la police puis relâché sans inculpation. Aucun blessé n’a été signalé.

Une courte vidéo filmée par un des militants montre l’affrontement.

Bennett a affirmé qu’en premier lieu son propre personnel de sécurité a tenté de l’empêcher de rentrer dans l’immeuble lorsqu’il est arrivé pour son intervention parce qu’ils étaient au courant qu’il y avait des manifestants dans l’audience. Le ministre, cependant, a insisté pour poursuivre ses plans.

Plus tôt dans la semaine, des photos ont circulé dans les médias sociaux montrant des affiches collées à Jérusalem sur lesquelles le portrait de Bennett a été dégradé. On avait dessiné sur son visage une moustache semblable à celle d’Hitler et une croix gammée.

Les ministres en Israël ne sont pas sous protection de gardes du corps constante sauf s’il y a une menace grave et immédiate.

Au cours de ces dernières semaines, il y a eu une augmentation du nombre de menaces contre Bennett et sa femme, Galit Bennett, qui a avoué qu’elle craignait pour sa vie, a indiqué la radio militaire.

« Depuis des mois je les supplie pour qu’ils augmentent le niveau de sécurité de mon mari, et il me répond de le laisser tranquille », explique-t-elle.

« Ils dessinent des croix gammées sur ses affiches et des personnes avec la haine dans les yeux se rendent à ces réunions ».

Tzipi Livni, l’une des codirigeantes de l’Union sioniste devrait aussi avoir une protection rapprochée 24 heures sur 24 en raison de la possibilité qu’elle puisse devenir chef de gouvernement, a indiqué la Deuxième Chaîne mercredi.

Livni qui partage le pouvoir avec Herzog au sein du parti, sera, en cas de victoire le 17 mars, chef du gouvernement pendant deux ans.