Le vice-président américain Joe Biden aurait prévenu mercredi le Premier ministre Benjamin Netanyahu que l’aide militaire de Washington à Israël qui doit encore être signée sera plus faible que ce que cherche Jérusalem, mais a offert l’assurance que le montant reflèterait les besoins de sécurité du pays.

Pendant la rencontre de Biden avec Netanyahu, décrite par un officiel israélien comme « amicale, cordiale et chaleureuse », le vice-président a appelé le Premier ministre à accepter l’offre, l’assurant que l’accord pourrait toujours être amendé ultérieurement.

« Dans le passé nous avons su comment faire des ajustements aux accords après leurs signatures, » a-t-il déclaré selon un reportage de la Dixième chaîne, citant de hauts fonctionnaires israéliens.

Le bureau du Premier ministre n’a pas pu confirmer le contenu du reportage.

Israël et les Etats-Unis négocient un protocole d’entente qui étendrait l’aide militaire américaine à Israël pour 10 années supplémentaires. L’aide annuelle actuelle, qui expirera en 2018, accorde 3 milliards de dollars annuels, et, selon des informations, Israël voudrait augmenter ce montant à 5 milliards de dollars par an.

Cependant, Biden aurait dit à Netanyahu que le chiffre ne monterait pas aussi haut.

Les négociations interviennent alors que le président Barack Obama a promis de maintenir une relation militaire solide avec Israël à la suite de l’accord nucléaire entre l’Iran et six puissances mondiales, auquel Israël s’est catégoriquement opposé.

Les discussions entre les Etats-Unis et Israël pour une aide militaire de 10 ans seraient dans une impasse sur le montant total de l’aide qui sera fournie à Israël.

Un missile balistique  longue portée Qadr est lancé depuis la montagne Alborz dans le nord de l'Iran, le 9 mars 2016. (Crédit : AFP / TASNIM NEWS / Mahmood Hosseini)

Un missile balistique longue portée Qadr est lancé depuis la montagne Alborz dans le nord de l’Iran, le 9 mars 2016. (Crédit : AFP / TASNIM NEWS / Mahmood Hosseini)

Certains officiels israéliens auraient menacé d’attendre qu’Obama achève son mandat dans l’espoir de conclure un meilleur accord.

Netanyahu aurait dû rencontrer Obama à Washington plus tard dans le mois, et aurait ainsi pu finaliser l’accord, mais lundi les officiels israéliens ont annoncé que le Premier ministre avait décidé de ne pas y aller.

Un officiel israélien a déclaré que tous les sujets pourraient être discutés avec Biden. Des informations en hébreu de mercredi soir ont affirmé que Biden avait exhorté Netanyahu à finaliser l’accord maintenant plutôt que d’attendre pour une nouvelle administration américaine, prévenant que le public américain pourrait venir demander pourquoi tant d’argent était attribué à Israël ; il n’y a pas eu de confirmation de ces informations.

Mardi, la Maison Blanche a démenti que Biden ferait une nouvelle proposition d’aide militaire à Netanyahu pendant sa brève visite et déclaré que le vice-président se concentrerait sur les intérêts énergétiques et économiques américains, ainsi que sur les inquiétudes sécuritaires concernant l’Iran et à la Syrie.

Alors que Biden et Netanyahu se rencontraient mardi, l’Iran a tiré deux missiles balistiques à longue portée supplémentaires, alors qu’il continuait ses tests militaires en défiant les sanctions américaines et les avertissements récents de Washington.

Une agence de presse iranienne a annoncé que les missiles portaient la phrase « Israël doit être effacé » en hébreu. Un commandant iranien a déclaré que le test était conçu pour démontrer à Israël, dont l’Iran cherche la destruction, qu’il est à portée des missiles iraniens.

Biden a déclaré que les Etats-Unis prendraient des mesures contre l’Iran si les tests de missiles balistiques à longue portée que Téhéran dit avoir mené étaient confirmés.

En novembre, Israël aurait complété sa « liste de courses » de matériel américain souhaité, qui inclurait une demande pour des V-22 Osprey, des avions qui seraient capables d’atteindre l’Iran.

Israël aurait cherché à obtenir les V-22 en 2012, quand il envisageait une frappe sur l’installation d’enrichissement d’uranium iranienne de Fordo, mais a ensuite décidé de ne pas les acheter en raison de contraintes budgétaires.

Les Etats-Unis ont soit développé de manière conjointe ou financés les trois volets du programme de défense anti-missile israélien : le Dôme de Fer (interception de missiles à courte portée), la Fronde de David (moyenne portée) et Arrow (longue portée).

Judah Ari Gross et JTA ont contribué à cet article.