Le vice-président américain Joe Biden a implicitement critiqué mercredi à Jérusalem la direction palestinienne pour son refus de condamner clairement les violences anti-israéliennes en cours.

« Les Etats-Unis d’Amérique condamnent ces agissements (les attentats) et condamnent ceux qui ne les condamnent pas », a dit M. Biden devant la presse aux côtés du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

M. Biden, arrivé mardi en Israël, n’a pas mentionné nommément les dirigeants palestiniens mais ses propos, dans le contexte actuel, leur semblent directement adressés.

Israël a été mardi et mercredi le théâtre d’au moins six attaques anti-israéliennes qui ont fait un mort, un touriste américain, et une quinzaine de blessés, dont plusieurs gravement atteints selon la police et les secours. Sept terroristes palestiniens, qui ont mené ces attaques ont été tués, selon la police.

« Ma femme et deux de mes grands-enfants dînaient sur la plage pas loin de là où cela s’est passé », a rapporté M. Biden.

« Le genre de violences que nous avons vues hier, l’absence de condamnation (de ces violences), la rhétorique qui encourage la violence, les représailles que cela suscite, tout cela doit cesser », a dit M. Biden.

« Le statu quo doit s’arrêter quelque part en ce qui concerne la solution à deux Etats. Voir la voie à suivre est peut-être difficile, mais nous continuons à encourager toutes les parties à reprendre le chemin de la paix », a-t-il ajouté.

Le porte-parole de la Maison Blanche Josh Earnest a déclaré que les attaques terroristes en Israël méritent d’être condamnées « non seulement par Israël et les Etats-Unis, mais par les pays du monde entier, y compris par le dirigeant du peuple palestinien. »

La déclaration d’Earnest vient en réponse à une question sur les réponses aux attaques de mardi à Jaffa, qui ont tué un citoyen américain, Taylor Force, et blessé 10 Israéliens.

« Ce type d’attaques serait scandaleuse même si elle n’impliquait pas un Américain […]. Notre attente serait que les officiels publics et en particulier ceux qui sont en position de leadership condamnent tout acte de terrorisme et tout effort pour tuer des civils, » a-t-il déclaré.

La déclaration d’Earnest intervient après que le vice-président américain Joe Biden, pendant une visite en Israël en cours, a semblé condamner le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas pour ne pas s’être exprimé contre les attaques terroristes.

Interrogé pour savoir s’il attendant que le sujet soit discuté pendant la rencontre de Biden avec Abbas mercredi soir, Ernest a répondu que « il semble difficile d’imaginer que ce sujet ne soit pas abordé pendant la rencontre ».

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas s’est gardé de condamner la vague de violences en cours et se déclare favorable à une résistance « populaire » et « pacifique ».

Selon un communiqué officiel palestinien publié après sa rencontre avec Abbas, celui-ci a présenté ses condoléances à Biden pour la mort d’un touriste américain la veille dans une attaque palestinienne à Tel-Aviv, mais il a affirmé que la « poursuite de l’occupation et de la colonisation sont la cause des violences et de l’effusion de sang ».

Taylor Force, 29 ans, étudiant en thèse à l’université Vanderbilt, a été tué le 8 mars 2016 dans une attaque terroriste à Jaffa. (Crédit : Facebook)

Taylor Force, 29 ans, étudiant en thèse à l’université Vanderbilt, a été tué le 8 mars 2016 dans une attaque terroriste à Jaffa. (Crédit : Facebook)

Le mouvement islamiste terroriste du Hamas, pour sa part, a salué les terroristes. « Le Hamas bénit les trois opérations héroïques de ce soir, à Tel Aviv, Jérusalem et Yaffo, et les considère comme une preuve de l’échec de toutes ces théories visant à avorter l’Intifada, qui se poursuivra jusqu’à la réalisation de ses objectifs. Le Hamas célèbre les martyrs, qui sont montés à travers ces opérations, et confirme que leur volonté de sang pur, si Dieu le veut, sera le carburant pour l’escalade de l’Intifada, » a déclaré mardi le porte-parole Sami Abu Zuhri.