Un système d’alarme qui permet de détecter les tirs de mortier sera installé dans les localités frontalières de Gaza dans les trois à six mois, a rapporté dimanche la Dixième chaîne.

Le système, qui est actuellement en développement, permettra aux résidents des localités du sud, voisines de l’enclave côtière de Gaza, de recevoir un avertissement 5 secondes avant l’arrivée d’un missile, mais ne sera pas en mesure d’intercepter les mortiers.

Pendant le conflit de l’été dernier, le Dôme de fer a tiré avec succès des centaines d’antimissiles, mais il n’est pas équipé pour les obus de mortier de courte portée.

Ces derniers se sont avérés l’un des moyens d’attaque les plus meurtriers pendant le conflit, coûtant la vie à 10 soldats de Tsahal en une semaine et tuant plusieurs civils israéliens, dont Daniel Tragerman, un enfant de quatre ans.

Le sergent Barak Refael Degorker a été la première victime des tirs de mortier près de la frontière de Gaza le 26 juillet. Deux jours plus tard, un obus de mortier a tué quatre soldats – le sergent Adi Briga, le caporal Niran Cohen, le caporal Meidan Maymon Biton, et le sergent Eliav Eliyahu Haim Kahlon.

Le 31 juillet, cinq autres soldats ont été tués par un obus de mortier : le sergent Shay Kushnir, le capitaine Omri Tal, le sergent major Daniel Marash, le sergent Noam Rosenthal, et le capitaine Liran Adir (Edry).

Parmi les civils israéliens, Dror Khenin, 37 ans, a été tué par un obus de mortier près de la frontière avec Gaza, au passage d’Erez, le 15 juillet, pendant qu’il offrait de la nourriture aux soldats. Daniel Tragerman a été la plus jeune victime israélienne du conflit. Il a été tué par des éclats après qu’un mortier a atterri devant son domicile de Nahal Oz le 22 août.

Zeev Etzion, 55 ans, et Shahar Melamed, 43 ans, ont été tués par un obus de mortier peu avant que la trêve n’entre en vigueur le 26 août. Un ressortissant thaïlandais, Narakorn Kittiyangku, 36 ans, a été tué par un tir de mortier le 23 juillet.