Un candidat à la présidence de l’Etat d’Israël, Binyamin Ben Eliezer, a annoncé samedi son retrait de la course à trois jours de l’élection, à la suite de son interrogatoire sur des allégations de corruption.

« Avec le coeur très lourd, j’ai décidé de me retirer de la course », a annoncé cette figure du Parti travailliste, dans un communiqué.

« Depuis que j’ai annoncé ma candidature, il y a eu une campagne de diffamation agressive lancée contre moi, avec pour unique objectif de m’empêcher d’être président », a-t-il déclaré.

M. Ben Eliezer, 78 ans, a été interrogé par la police vendredi sur ordre du procureur de l’Etat à la suite de soupçons de corruption.

Selon les médias israéliens, il a été questionné sur le financement de l’achat d’une luxueuse maison à Jaffa, dans l’agglomération de Tel-Aviv.

Dans son communiqué, M. Ben Eliezer a nié avoir reçu de l’argent illégalement et expliqué s’être retiré de la course pour éviter des retards dans l’élection d’un nouveau président.

« J’espère que ‘l’assassinat ciblé’ dont j’ai fait l’objet sera la dernière affaire de cette campagne présidentielle », a-t-il déclaré.

Binyamin Ben Eliezer a été ministre de la Défense, vice-Premier ministre, et ministre à plusieurs reprises depuis son entrée à la Knesset en 1984.

En Israël, le poste de président est largement honorifique et les pouvoirs exécutifs restent aux mains du Premier ministre. Le chef de l’Etat a toutefois pour tâche de nommer après les élections législatives la personnalité chargée de former une coalition et appelée à devenir Premier ministre.

Cinq candidats sont encore en lice pour remplacer le sortant Shimon Peres – Réouven Rivlin, Dalia Dorner, Meir Shitrit, Dalia Itzik et Dan Shechtman.

M. Peres doit quitter fin juillet ses fonctions, qu’il occupe depuis 2007, peu avant son 91e anniversaire.

Le favori des sondages est Réouven Rivlin, ex-président de la Knesset et membre du Likoud, le parti du Premier ministre Benjamin Netanyahu.