Si vous avez été le maire d’une des plus grandes villes du monde, alors pourquoi ne pas diriger une autre des plus grandes métropoles mondiales ? C’est ce à quoi penserait l’ancien maire de New York Michael Bloomberg qui envisagerait de concourir pour la mairie de Londres en 2016.

Selon le Sunday Times, Bloomberg, âgé de 73 ans, a lancé l’idée de participer aux prochaines élections à Londres en tant que candidat tory dans une tentative de succéder au maire actuel, Boris Johnson.

Cela peut sembler étrange, mais ce n’est pas totalement inconcevable étant donné que Blommberg a reçu le titre de chevalier honorifique par le reine Elizabeth et possède une maison de 20 millions de dollars à Londres. En outre, son ancienne femme est britannique et ses deux filles ont la citoyenneté britannique.

Pourtant, Bloomberg n’est pas lui-même citoyen britannique. Le Daily Intelligencer du New York Magazine suspecte qu’avec l’investissement de 745 millions de dollars au Royaume Uni, la procédure d’application pourrait être accéléré pour lui. L’ancien maire de la Grande Pomme pourrait donc être éligible à temps afin de participer à la compétition pour diriger la ville qui abrite le Big Ben.

Il semble que certains britanniques bien placés accueilleraient favorablement l’approche pro-business de Bloomberg.

« Ce serait un incroyable coup pour Londres si Mike Bloomberg pouvait être persuadé de concourir à la mairie ici. Son type de pragmatisme, sa capacité à trouver des solutions est exactement ce dont Londres à besoin », explique Steve Hilton, un proche conseiller du Premier ministre britannique conservateur David Cameron.

Après que son troisième mandat comme maire de New York se soit achevé à la fin de 2013, Bloomberg a déclaré qu’il se concentrerait sur son activité philanthropique. Pourant, il y a quelques mois, il a fini par reprendre la direction de Bloomberg LP, la compagnie d’informations et de nouvelles financières qu’il a fondée.

Avec 36,4 milliards de dollars, Bloomberg pourrait simplement faire tout ce qu’il veut. Et si la dernière spéculation semble correcte, alors il semblerait qu’il souhaite apporter son style de direction de PDG de l’autre côté de l’Atlantique.

Bien sûr, Bloomberg n’a pas encore déclaré officiellement son intention de participer à l’élection du maire de Londres. Pourtant, il est intéressant de noter que, s’il devait être élu, il deviendrait le troisième maire juif de l’histoire de la capitale britannique.