Après avoir invité le Premier ministre Benjamin Netanyahu à parler devant le Congrès au début du mois, le président de la Chambre des représentants des États-Unis John Boehner devrait arriver fin mars en Israël pour une visite, selon le quotidien Haaretz.
 
Selon trois officiels israéliens qui ont requis l’anonymat, Boehner viendra le 31 mars à la tête d’une délégation de parlementaires républicains. Les fonctionnaires ont dit au journal que la visite de Boehner a été finalisée lors de la récente visite de Netanyahu aux États-Unis.

La visite du principal parlementaire républicain coïncidera avec la date butoir des négociations nucléaires entre les puissances mondiales et l’Iran. Le débat au Sénat américain sur la proposition de loi visant à donner un rôle d’approbation à l’accord sur le nucléaire, négocié par l’administration Obama et le groupe 5+1, a été finalement repoussée au 14 avril.

Le Wall Street Journal a rapporté jeudi que les pourparlers sont dans l’impasse sur la question de l’assouplissement des sanctions, l’Iran demandant la levée immédiate des restrictions économiques – une exigence que les américains et puissances européens refusent.

Le bureau du président de la Chambre n’a pas commenté l’information publiée ce vendredi dans Haaretz.

Boehner a défendu jeudi son invitation à Netanyahu à parler devant le Congrès il y a quelques semaines et s’est moqué de réaction froide de l’administration Obama à la victoire électorale du Premier ministre israélien.

Interrogé par un journaliste au sujet de la réacrion tiède de l’administration face à la victoire de Netanyahu, Boehner, un républicain, a déclaré, « tiède ?» Et a rigolé.

Suite à la réélection triomphale de Netanyahu cette semaine, la Maison Blanche a dit qu’elle devra revoir son approche compte tenu du virage à droite pris par le Premier ministre lors de la campagne.

Boehner a dit qu’il voulait féliciter « mon ami, Benjamin Netanyahu, sur la victoire de son parti cette semaine. »
 
Faisant allusion au discours controversé du Premier ministre israélien devant le Congrès il y a quelques semaines, il a declaré que Netanyahu était conscient des « graves menaces auxquelles nous sommes confrontés de la part de l’islam radical et de l’Iran. »

Il a ajouté que le Premier ministre « était dans la position idéale pour aider à décrire cette menace au peuple américain et, d’ailleurs, au reste du le monde. «