L’accord « a peut-être été applaudi aux Nations unies, mais je crois qu’il peut s’attendre à un scepticisme sérieux ici à la maison », a déclaré le président de la Chambre des Représentants aux journalistes après une réunion du parti républicain.

« Laissez-moi vous assurez que les membres du Congrès auront beaucoup plus de questions cet après-midi quand nous rencontrerons l’équipe du président, parce qu’un mauvais accord menace la sécurité des Américains et nous allons tout faire pour l’arrêter », a déclaré Boehner, cité par le site internet de Parlement.

Le chef de la majorité de la Chambre Kevin McCarthy (Républicain Californie) a quant à lui déclaré : « Je continue à percevoir plus de préoccupations de notre côté et de l’autre côté du Parlement également ».

Manifestation sur Times Square contre l’accord sur le nucléaire iranien

Des manifestants se sont rassemblés mercredi sur l’emblématique carrefour de Times Square à New York pour dénoncer l’accord nucléaire conclu entre l’Iran et les grandes puissances, appelant le Congrès des Etats-Unis à rejeter le texte.

Environ un millier de personnes étaient présentes sur Times Square, a estimé sur place un photographe de l’AFP.

Selon Jeffrey Wiesenfel, co-organisateur du rassemblement, quelque 10 000 personnes sont venues dénoncer un accord qui menace, selon elles, la sécurité mondiale et celle d’Israël.

La foule était composée notamment d’élus républicains, de sympathisants de la droite israélienne et de groupes chrétiens évangélistes.

« C’est un horrible accord, il doit être rejeté. Le Congrès doit faire son travail et agir pour le peuple américain, pour sa sécurité », a lancé à l’auditoire l’ancien gouverneur républicain de l’Etat de New York, George Pataki.

Alan Dershowitz, un professeur d’Harvard marqué à gauche, a lui aussi pris la parole affirmant que le texte était mauvais, y compris pour les démocrates.

Le président Barack Obama est occupé à convaincre le Congrès, dominé par les républicains, de ne pas torpiller cet accord et doit pour ce faire se concentrer sur les démocrates, dont de nombreux élus clés réservent encore leur avis.

Pour éviter que le Congrès ne bloque la levée des sanctions contre l’Iran, M. Obama doit convaincre au moins un tiers des élus.

Il doit aussi faire face à une opinion publique dubitative d’après un sondage de l’institut Pew, réalisé dans la semaine ayant suivi l’accord.

Selon Pew, sur les 79 % d’Américains qui avaient entendu parler de l’accord, 48 % y étaient défavorables contre 38% d’opinions favorables et 14 % d’indécis.