Le Premier ministre britannique s’est entretenu lundi par téléphone avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu et l’a exhorté à rechercher une solution à deux Etats avec les Palestiniens.

Selon le journal britannique The Guardian, David Cameron a dit à Netanyahu qu’une solution négociée qui créérait un Etat palestinien était la meilleure façon de « parvenir à une paix durable et d’assurer la sécurité et la prospérité d’Israël à long terme ».

Un porte-parole de Cameron a déclaré que le leader britannique « a félicité [Netanyahu] pour sa victoire aux dernières élections israéliennes, et se réjouit de travailler avec le nouveau gouvernement dès qu’il sera formé ».

Netanyahu avait tenu des propos pré-électoraux qui ont été interprétés comme un désaveu de son engagement en faveur de l’établissement d’un Etat palestinien. Mais immédiatement après sa victoire, il était revenu sur ces propos.

Quelques heures avant la conversation téléphonique, Cameron avait déclaré devant la Chambre des communes qu’il allait faire pression sur Netanyahu pour relancer les pourparlers avec les Palestiniens.

« Nous devons faire pression sur les deux parties pour nous assurer que les discussions aillent vers une solution à deux Etats, a déclaré Cameron aux députés. Je pense que c’est l’intérêt à long terme non seulement des Palestiniens, mais aussi des Israéliens, et la politique de la Grande-Bretagne sur ce point ne changera pas. »

« Sans une solution à deux Etats, vous vous dirigez vers une solution à un Etat qui, je le pense, sera désastreuse pour le peuple juif en Israël », a ajouté Cameron.

« C’est pourquoi je crois réellement en la solution à deux Etats et nous sommes tout à fait opposés à la construction de colonies. Nous avons toujours été très clairs sur ce sujet et continuerons de l’être. Cela rend une solution à deux Etats plus difficile et par conséquent cela rendra Israël moins stable et non davantage stable. »

Dans le même temps, le vice-Premier ministre et leader libéral-démocrate, Nick Clegg, a affirmé au cours de son émission de radio hebdomadaire qu’il partageait « beaucoup plus le point de vue du président Obama que celui de David Cameron ».

« Il est extrêmement inquiétant – cela ne peut pas être plus alarmant – d’avoir vu Benjamin Netanyahu faire quelque chose qu’aucun dirigeant israélien n’avait jamais fait – à savoir écarter la perspective d’une solution à deux Etats. »

Bien que Clegg ait dit qu’il espérait que les propos de Netanyahu avant les elections relevaient simplement « d’une rhétorique essoufflée qu’il allait maintenant abandonner », il a ajouté que si le Premier ministre israélien ne soutenait pas une solution à deux Etats, « le monde, y compris le Parlement britannique, n’aurait pas d’autre choix, inévitablement, que de reconnaître un Etat palestinien ».

« Il est inacceptable, étant donné qu’il s’agit d’un creuset de tant de violences pour tant de communautés, qu’un seul homme – dans ce que je suppose être une tentative désespérée de s’attirer des votes – détruise les bases sur lesquelles un accord de paix est susceptible de se produire. »