Les attaques de djihadistes contre Charlie Hebdo et un supermarché cacher à Paris représentent « un désastre » pour les services de renseignement français et mettent ses failles en lumière, a estimé vendredi le Centre Simon-Wiesenthal.

Le rabbin Marvin Hier, fondateur et directeur du centre dédié notamment à la lutte contre l’antisémitisme et à la recherche sur l’Holocauste, a ajouté que des milliers d’imams en France devraient faire plus pour combattre l’extrémisme au sein de la communauté musulmane.

S’exprimant à propos des quatre victimes de la prise d’otages du supermarché Hyper Cacher à Paris, des douze victimes à la rédaction de Charlie Hebdo et de la policière tuée, il a estimé que c’est « évidemment un désastre » pour le renseignement français.

Les autorités françaises devraient « clairement en faire plus pour savoir qui entre dans le pays », a encore dit M. Hier à l’AFP, faisant référence au fait que beaucoup de djihadistes s’entraînent à l’étranger, notamment en Syrie, en Irak et au Yémen.

Le Premier ministre français Manuel Valls a reconnu vendredi qu’avec un bilan de « 17 morts » en trois jours il y avait « une faille bien évidemment » dans le dispositif de repérage des personnes susceptibles de commettre des attentats.

M. Hier a aussi souligné qu’il y avait environ 6.000 imams en France qui ont une influence très importante sur les musulmans du pays.

« On ne devrait pas les laisser échapper à leurs responsabilités », a poursuivi le dirigeant de l’organisation, dont le siège se trouve à Los Angeles.

Il faut enfin, selon lui, que le monde admette que les fondamentalistes islamistes ne se limitent pas à quelques cellules isolées.

« Nous n’avons pas à faire à quelques centaines de djihadistes mais à des millions » de personnes, a-t-il conclu.

Les imams des principales mosquées de France ont condamné lors de la grande prière du vendredi les violences commises au nom de l’islam.

« Nous dénonçons avec la plus grande détermination ces crimes odieux commis par des terroristes », a notamment déclaré le recteur de la Grande mosquée de Paris, Dalil Boubakeur.

Il a lancé un appel « solennel » à « tous les musulmans de France », estimés à entre 3,5 et 5 millions, pour participer en masse aux manifestations prévues dimanche en hommage aux victimes.