Charles Létoffé, un policier de Soissons, reconnu Juste parmi les Nations
Rechercher

Charles Létoffé, un policier de Soissons, reconnu Juste parmi les Nations

Soissons, terre de Justes : Charles Létoffé est le 14e Soissonnais à recevoir la plus haute distinction de l'Etat d'Israël

Mur des Justes au Mémorial de la Shoah à Paris. Illustration. (Crédit : Guilhem Vellut/CC-BY SA 2.0)
Mur des Justes au Mémorial de la Shoah à Paris. Illustration. (Crédit : Guilhem Vellut/CC-BY SA 2.0)

Si elle est là aujourd’hui, c’est grâce à lui. Le journal L’Union a assisté à la cérémonie dans la salle des fêtes de la mairie de Soissons.

Le quotidien a décrit l’émotion de Claudine Katz s’adressant au fils de l’homme ayant prévenu son père que les « autorités cherchaient les Juifs d’origine étrangère ».

« Un jour de juillet 1942, le policier Charles Létoffé, a prévénu le papa de Claudine, Charles Knoll, primeur à Soissons, que les autorités cherchaient les Juifs d’origine étrangère pour les envoyer dans les camps d’extermination ».

En présence de Daniel Saada, directeur du service économique et scientifique auprès de l’ambassade d’Israël, c’est le fils de Charles Létoffé, Bernard, qui a reçu la médaille de Juste parmi les Nations.

Yad Vashem a remis cette médaille à M. Létoffé pour le sauvetage de deux couples et d’une famille de enfants.

« Toutes ces histoires, Bernard Létoffé n’en a jamais vraiment rien su du vivant de son père, précise L’Union : « Mon père n’en parlait pas, il ne s’en faisait pas une gloriole. La seule chose que je l’ai entendu dire, c’est qu’il ne comprenait pas que Johnny Hallyday ait reçu la Légion d’honneur, alors que des gens comme lui n’avait pas eu ce privilège. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...