Le dessinateur Riss, directeur de la publication de Charlie Hebdo qui fait régulièrement l’objet de menaces de mort, va publier jeudi un hors-série consacré au procès Merah, qu’il a entièrement suivi depuis les bancs des dessinateurs d’audience.

Vendu 6 euros en kiosque, le hors-série compte 48 pages de planches commentées sur ce procès qui a duré un mois.

« L’affaire Merah, c’est le début de quelque chose, l’explication d’un type d’attentat inédit en France », explique dans un entretien au Figaro le dessinateur, qui avait déjà consacré un album au procès Papon (1997-1998).

Le dessinateur, rescapé de l’attentat jihadiste contre l’hebdomadaire satirique (12 morts en janvier 2015) et qui vit depuis sous protection policière, a croqué le procès Merah dans son intégralité. Certains de ces dessins ont été publiés chaque semaine dans Charlie.

« S’il y a un procès en 2018 impliquant le réseau à l’origine des attentats de janvier 2015, je serai forcément appelé en tant que témoin. Le procès Merah m’aura préparé à cette confrontation qui, je le sais d’avance, sera très difficile », confie-t-il.

L’hebdomadaire satirique, régulièrement la cible de messages de haines et de menaces de mort, a porté plainte lundi après une nouvelle salve de menaces liées à sa dernière une représentant l’islamologue Tariq Ramadan, visé par deux plaintes pour viol. Le parquet de Paris a ouvert une enquête.

Le procès Merah s’est soldé par la condamnation d’Abdelkader Merah, frère du Mohamed qui avait tué sept personnes à Toulouse et Montauban en 2012, à 20 ans de prison pour association de malfaiteurs terroriste.

Une esquisse faite par le tribunal le 2 novembre 2017 montre Abdelkader Merah (d) le dernier jour de son procès au palais de justice de Paris. (Crédit : AFP / Benoit Peyruco)