Le directeur du mouvement réformé aux Etats-Unis a critiqué dimanche les propos tenus par le président américain Donald Trump, qui a déclaré que la haine et les violences responsables des affrontements meurtriers du week-end entre suprématistes blancs et contre-manifestants en Virginie venaient de « tous les côtés ».

« La présence infâme et la rhétorique des néo-nazis qui ont défilé ce week-end à Charlottesville sont un rappel de la nécessité toujours présente pour les personnes de bonne volonté de s’exprimer avec force contre la haine et d’agir pour ôter leur légitimité à ceux qui laissent se propager de tels messages et qui tentent de minimiser le mal qui est fait au bien public dans notre nation et à ceux qui sont la cible de ces messages de haine », a déclaré le rabbin Rick Jacobs, président de l’Union pour le judaïsme réformé, dans un communiqué.

Jacobs a ajouté « qu’une fois encore, la haine a tué ».

« Nous saluons l’ouverture de la déclaration du président Trump qui a condamné ‘l’incroyable affichage de haine, de fanatisme et de violence’ mais nous sommes profondément troublés par l’équivalence morale évidente dans le discours du président Trump aujourd’hui », a poursuivi le rabbin.

Le président de l'Union pour le judaïsme réformé, le rabbin Rick Jacobs, au centre, pendant un service de prière au mur Occidental, à Jérusalem, le 4 juillet 2016 (Crédit : autorisation de l'UJR)

Le président de l’Union pour le judaïsme réformé, le rabbin Rick Jacobs, au centre, pendant un service de prière au mur Occidental, à Jérusalem, le 4 juillet 2016 (Crédit : autorisation de l’UJR)

« Les suprématistes blancs brandissant des drapeaux nazis et crachant leur vitriol raciste doivent être spécifiquement condamnés, pas seulement la violence et la haine ‘de tous les côtés’. Si nos dirigeants ne sont pas en mesure de dénoncer ces éléments virulents de haine, alors nous serons sûrement dans l’incapacité d’y mettre un terme », a affirmé Jacobs.

Pour sa part, Ronald Lauder, président du Congrès juif mondial, a estimé dans un communiqué que « il est complètement bouleversant et répugnant qu’une telle haine et un tel fanatisme soient encore rampants dans certaines parties du pays. »

« Il n’y a pas de place dans notre société démocratique pour une telle violence et une telle intolérance. Nous devons être vigilants et unis dans notre opposition à une telle aversion », a-t-il ajouté.

Le directeur de l’Anti-Defamation League (ADL), Jonathan Greenblatt, a condamné les violences à Charlottesville dans une série de tweets.

Greenblatt a indiqué que la violence était « prévisible » et qu’elle était « cohérente » avec les messages de haine avancés par les groupes liés à la « droite alternative ».

Il a salué Trump pour avoir condamné les violences, mais l’a critiqué pour n’avoir pas spécifiquement condamné le mouvement suprématiste blanc.

L’American Jewish Committee (AJC) s’est également exprimé sur Twitter, exprimant sa consternation devant « les suprématistes blancs et les nazis à Charlottesville » et le message de haine qu’ils tentaient de transmettre.

L’organisation a appelé Trump à adopter une « clarté morale » et condamné les violences motivées par la haine raciale.

La fille du président Trump, Ivanka, a elle aussi appelé à l’unité face à ces violences, affirmant qu’il « n’y a pas de place dans la société pour le racisme, les suprématistes blancs et les néo-nazis. »

Ivanka Trump a été encore plus directe dimanche dans deux Tweets appelant à l’unité.