Le chef de l’armée, Gadi Eisenkot, a publié, mercredi, un ordre en l’honneur du Jour du souvenir israélien, déclarant que c’était le devoir de chaque Israélien de se souvenir des 23 320 soldats du pays tués au combat.

« Nous, chef de l’armée et de ses soldats, nous tenons aujourd’hui à saluer nos camarades, nos commandants et nos subordonnés qui sont tombés en remplissant leur devoir. Les soldats tombés comptent parmi les meilleurs des fils et des filles du pays », a-t-il écrit.

« Nous, à qui ils nous manquent, portons leur mémoire et ressentons la douleur du vide qu’ils ont laissé derrière eux. Les monuments de la mémoire à travers le pays sont un testament silencieux des batailles et de défis qu’Israël a connus, un testament des histoires d’héroïsme et de victoire et notre promesse de nous rappeler des soldats morts. C’est notre devoir de commémorer leurs histoires de vie et les bons exemples de leurs actions », a-t-il continué.

Mercredi à 11h, une sirène a résonné pendant deux minutes pour commémorer leurs mémoires pendant lesquelles la plupart des Israéliens restent debout, en silence, s’arrêtant pour se souvenir des soldats morts au combat.

Une cérémonie officielle, au cimetière militaire Kiryat Shaul, au nord de Tel-Aviv, a commencé à 10h30 tandis qu’une autre cérémonie de la mémoire se tiendra au cimetière militaire du mont Herzl de Jérusalem. Eisenkot y participera tout comme des officiers gradés de l’armée et des politiciens.

A 13h mercredi, une commémoration séparée pour les victimes du terrorisme en Israël aura lieu au mont Herzl.

Eisenkot a déclaré que le mur Occidental, devant lequel il s’exprimait, représentait « la grande histoire de notre peuple, et la capacité du peuple d’Israël à construire et à grandir, de nous défendre et de combattre pour notre existence en tant que peuple fort, uni et indépendant ».

« Nos soldats se tiennent épauple contre épaule, unis dans la détermination et le courage face à nos ennemis au nord et au sud. Nous travaillons ensemble sur terre, dans l’air et dans la mer à chaque instant pour renforcer la sécurité de l’Etat », a-t-il ajouté.

Le Jour du Souvenir finira abruptement au coucher du soleil avec le Jour de l’Indépendance, traditionnellement introduit avec des feux d’artifices et des célébrations de rue dans tout le pays.