Plusieurs milliers de manifestants pro-palestiniens ont manifesté samedi à Santiago du Chili pour demander à la présidente Michelle Bachelet de rompre les relations diplomatiques avec Israël, tandis que le conflit bat son plein dans la bande de Gaza.

« Rompons, rompons les relations avec Israël », ont scandé, selon les organisateurs, 10 000 manifestants qui ont battu le pavé en brandissant des centaines de drapeaux palestiniens et portant le « keffieh » (foulard arabe) au cou et à l’épaule.

« Nous demandons à la présidente Michelle Bachelet d’expulser l’ambassadeur d’Israël et de rompre les relations avec Israël. Nous voulons dire au monde que les Chiliens s’opposent au massacre israélien », a affirmé à l’AFP Mauricio Abu-Gosh, président de la Fédération des Palestiniens au Chili.

Au Chili résident environ 300 000 arabes, constituant l’une des plus importantes communautés arabes du monde, mais aussi une communauté juive influente de 30 000 personnes.

La manifestation s’est déroulée dans le calme et s’est achevée devant le palais gouvernemental de La Moneda, où l’on pouvait lire sur des pancartes et des banderoles : « Mettez fin au génocide des Palestiniens » ou « Stop à la mort d’enfants innocents ».

Le gouvernement chilien a consulté son ambassadeur en Israël mardi avant la recrudescence des opérations militaires de Tsahal dans la bande de Gaza, et a annoncé l’envoi de 150 000 dollars et de médicaments aux organismes de l’ONU s’occupant des réfugiés palestiniens.