Au moins cinq membres de la branche armée du Hamas, les Brigades Ezzedine al-Qassam, ont été tués jeudi par une explosion d’origine indéterminée dans un tunnel sous la frontière entre la bande de Gaza et Israël, a-t-on appris de sources palestiniennes concordantes.

« Cinq martyrs sont tombés lors d’une action de résistance dans le quartier de Chejaïya », dans l’est de la ville de Gaza, a annoncé le bureau d’information local du Hamas, sans autre précision.

Une source de sécurité a indiqué à l’AFP sous le couvert de l’anonymat qu’une « explosion accidentelle » avait eu lieu « à l’intérieur d’un tunnel des Brigades Al-Qassam, qui s’est effondré sur un groupe d’environ 12 membres à l’intérieur ».

Des témoins ont fait état d’une énorme explosion dans le quartier, proche de la frontière israélienne.

Interrogée par l’AFP, l’armée israélienne a répondu ne pas avoir eu connaissance de cette explosion.

Le Hamas a officiellement renoncé au pouvoir sur la bande de Gaza, qu’il contrôle depuis juin 2007, à la suite de la formation le 2 juin d’un gouvernement palestinien d’union composé de personnalités indépendantes, en vertu d’un accord de réconciliation avec le président Mahmoud Abbas.

Mais les forces de sécurité sont restées en place et les Brigades Ezzedine al-Qassam n’ont pas été désarmées, l’accord ne portant pas sur les branches militaires des différents mouvements palestiniens.

En plus des nombreux tunnels de contrebande sous la frontière avec l’Egypte, les groupes armés de Gaza utilisent des tunnels à vocation militaire pour s’infiltrer derrières les lignes israéliennes ou des galeries souterraines pour tirer des roquettes sur Israël.

L’armée israélienne avait affirmé en mars avoir découvert trois tunnels de ce type en 2013 dans la zone frontalière.