Pendant des opérations dans toute la Cisjordanie, l’armée israélienne a fermé un atelier soupçonné de produire des armes à feu, a confisqué du matériel « de propagande » et a arrêté 19 Palestiniens dans la nuit de dimanche à lundi, a annoncé l’armée.

Les opérations ont eu lieu dans le cadre d’une hausse des manifestations palestiniennes et des attaques contre des civils et des soldats israéliens en Cisjordanie la semaine dernière, notamment avec deux attaques à main armée et une tentative d’attaque à la voiture bélier.

Les forces armées, accompagnées du Shin Bet et de la police, ont fermé un atelier soupçonné d’être utilisé pour fabriquer des armes à Hébron, dans le cadre de la répression actuelle contre les armes à feu artisanales en Cisjordanie.

La semaine dernière, un officier des renseignements de Tsahal a déclaré à des journalistes que cet effort avait déjà un effet sur le marché, après le triplement du prix en huit mois d’une arme semi-automatique de type Carlo, l’arme artisanale la plus populaire.

Soldats israéliens pendant une opération à Hébron, le 30 janvier 2017. (Crédit : unité des porte-paroles de l'armée israélienne)

Soldats israéliens pendant une opération à Hébron, le 30 janvier 2017. (Crédit : unité des porte-paroles de l’armée israélienne)

En 2016, l’armée israélienne a effectué 44 opérations contre des ateliers de fabrication d’armes, et saisi plus de 450 armes à feu en Cisjordanie. Et pourtant, le combat de l’armée est loin d’être terminé, a ajouté l’officier, notant que l’armée estimait qu’il y avait des « centaines de milliers » d’armes illégales toujours en circulation en Cisjordanie.

Dans la nuit de dimanche à lundi, l’armée a également fermé deux imprimeries à Ramallah, qui publiaient d’après Tsahal, des « documents utilisés pour inciter au terrorisme ».

L’armée israélienne a annoncé que les deux magasins étaient également liés au Hamas.

Des responsables politiques et sécuritaires d’Israël ont régulièrement cité l’incitation au terrorisme comme un des facteurs centraux des attaques au couteau, à main armée et à la voiture bélier qui sont devenues habituelles en Israël et en Cisjordanie depuis octobre 2015.

L’incitation en question, imprimée, sur internet ou à la télévision palestinienne, glorifie généralement les terroristes et leurs actes, en encourage d’autres à suivre leurs traces, ou propage de fausses informations.

Fermeture d'une imprimerie soupçonnée de produire du matériel de propagande, à Ramallah, le 30 janvier 2017. (Crédit : unité des porte-paroles de l'armée israélienne)

Fermeture d’une imprimerie soupçonnée de produire du matériel de propagande, à Ramallah, le 30 janvier 2017. (Crédit : unité des porte-paroles de l’armée israélienne)

« Les ‘fausses informations’ ont commencé ici, dans cette bouffée de violence », a déclaré la semaine dernière l’officier des renseignements.

Au total, les troupes israéliennes ont arrêté 19 suspects palestiniens pendant des opérations en Cisjordanie. Deux d’entre eux seraient membres du Hamas. Les autres ont été arrêtés pour un terrorisme dit « populaire », un terme qui regroupe les jets de pierres et les manifestations violentes.

Les deux membres présumés du Hamas ont été arrêtés à Bidu, au nord de Jérusalem, a annoncé l’armée.

Lundi matin, Tsahal a également publié une vidéo et des informations supplémentaires sur l’arrestation de quatre Palestiniens qui auraient jeté ce mois-ci des cocktails Molotov contre l’implantation de Beit El, près de Ramallah.

Selon l’armée, le 12 janvier, un soldat visionnant les images des caméras de sécurité de Beit El a repéré un véhicule approchant de l’implantation, et quelqu’un dans la voiture a jeté un engin incendiaire sur la clôture.

Les soldats ont pourchassé le véhicule, sans résultat, puisque les hommes ont abandonné le véhicule et continué à pied.

Le 15 janvier, des soldats israéliens ont arrêté quatre hommes dans le camp de réfugiés de Jalazoun, près de Ramallah, qui sont suspectés d’avoir jeté les cocktails Molotov.

Ils ont été remis à la police israélienne pour être interrogés, a annoncé l’armée.