L’annonce qu’une Libanaise, Amal Alamuddin, a ravi le coeur du célibataire le plus convoité au monde, George Clooney, a mis en effervescence son pays natal, d’habitude abonné aux mauvaises nouvelles.

A Baakline, le berceau familial situé dans la montagne libanaise, un voisin, Ramzi Sabbagh, est ravi: « elle fait la fierté du Liban et surtout de Baakline ».

Pourtant, très peu ici ont connu la belle avocate enfant car Amal, née à Beyrouth en pleine guerre civile (1975-1990), a quitté le pays avec sa famille à l’âge de trois ans pour la Grande-Bretagne où elle a acquis la nationalité britannique.

Cette brune élancée de 36 ans, diplômée d’Oxford, fascine car elle représente l’archétype des générations libanaises qui ont dû fuir la guerre et ont brillamment réussi leurs études à l’étranger.

Sitôt l’information divulguée par le magazine américain People, les internautes libanais se sont félicités que l’heureuse élue soit une des leurs.

Certains affichent une vantardise bon enfant: « Le fait que Clooney soit fiancé à une Libanaise prouve que nous sommes les meilleurs » ou encore « seule une Libanaise pouvait passer la bague au doigt à Clooney ».

« Yalla (allez, en arabe), élisons George Clooney président », lance un internaute, ironisant sur le Parlement qui tarde à élire un chef de l’Etat.

Comme le Liban et Israël sont théoriquement en guerre, une blague annonce même que l’Etat hébreu, pour se venger, « a lancé une offensive militaire contre Clooney ».

‘Le cousin George’

Dans ce petit pays où les liens familiaux priment, l’acteur américain âgé de 52 ans est devenu immédiatement « Libanais », certains l’appellent même le « cousin George », un prénom très courant chez les chrétiens libanais.

Des parodies des célèbres pub de Clooney pour la marque Nespresso ont fait leur apparition: « Clooney abandonne Nespresso pour Café Najjar », célèbre marque libanaise.

Amal étant de confession druze – branche hétérodoxe de l’islam, qui représente  5 % de la population – une publicité a remplacé le célèbre slogan de Nespresso par : « Maté. What else ? » en référence à la boisson préférée de cette communauté.

L’influent leader druze, Walid Joumblatt, a même plaisanté, déclarant à l’AFP: « peut-être que Clooney pourra faire un film sur les derniers des Mohicans que sont les Druzes ».

Contactés par l’AFP, les parents de la belle se sont refusés à tout commentaire.

« En tant que famille, nous ne commentons pas la vie privée de nos enfants », ont affirmé à l’AFP son père Ramzi, interrogé à Beyrouth, et sa mère, Baria, journaliste connue, responsable de la page internationale du quotidien panarabe Al-Hayat à Londres.

Celle-ci a interviewé les grands de ce monde comme Fidel Castro, Margaret Thatcher ou encore Indira Ghandi. Elle apparaît régulièrement sur les grandes chaînes de télévision en tant que spécialiste du Moyen-Orient.

Son époux a lui enseigné le tourisme à l’Université américaine de Beyrouth et a été le vice-président de l’UFTAA, la principale fédération mondiale d’agences de voyage. Amal a également une sœur, Tala, qui vit à Singapour, et deux demi-frères, fils d’un premier mariage de son père.

‘Follement amoureux’

Un proche raconte à l’AFP que Amal et George sont « follement amoureux », précisant que la famille a rencontré M. Clooney aux Etats-Unis et « l’a beaucoup apprécié ».

Pour la presse mondiale, Clooney, réputé pour être un célibataire endurci qui enchaînait les liaisons, a finalement trouvé la femme qui a su l' »apprivoiser ».

Partout dans les médias, on loue « la beauté et l’intelligence » de cette avocate spécialisée en droit international et droits de l’Homme, qui parle arabe, français, anglais après avoir étudié au Lycée français de Londres.

Son employeur, Doughty Street Chambers à Londres, a félicité le couple qui n’a toujours pas fait d’annonce officielle.

Diplômée d’Oxford et de l’école de droit de l’université de New York, Amal Alamuddin a assisté l’accusation au tribunal chargé de juger les assassins présumés du dirigeant libanais Rafic Hariri, et travaillé en 2012 avec Kofi Annan, ex-émissaire international pour la Syrie.

Elle a également défendu l’Ukrainienne Ioulia Timochenko, candidate à la présidentielle du 25 mai, lorsque celle-ci était emprisonnée, ainsi que Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks.

Le quotidien libanais anglophone Daily Star, citant une source proche du couple, annonce le mariage pour septembre.

Mais tout le monde ne partage pas cet enthousiasme. A Baakline, un jeune homme maugrée « c’est difficile d’accepter qu’elle n’épouse pas un Druze ».

Et une voisine : « George Clooney ? c’est qui ? »