Certes une certaine réputation d’intranquilité, d’inquiétude permanente poursuit les Juifs, et le recours à la méditation est à ce titre recommandable.

D’autre part, nombreux sont ceux qui soupçonnent la tradition actuelle d’avoir perdu au cours de pérégrinations à travers les siècles, une antique pratique du zen dont on retrouve les traces dans quelques textes de la tradition juive.

Quoiqu’il en soit, ces dernières décennies ont connu un regain d’intérêt pour les connexions entre le judaïsme et le bouddhisme, ou la pratique méditative en général.

Le 2 octobre, à l’occasion de la venue en France de l’écrivain Rodger Kamenztz, auteur du Juif dans le Lotus, l’Espace culturel et universitaire juif d’Europe réunira Elizabeth Drukier, enseignante de méditation Bouddhiste, et Mira Niculescu, enseignante de méditation juive, « autour de question des juifs et de la méditation. Chaque enseignant partagera ensuite quelques minutes de la méditation de sa tradition, avant d’inviter le public à se rencontrer autour d’un apéritif sur un air de Klezmer, » précise l’organisateur.