Le ministre israélien des Affaires étrangères Avigdor Liberman a réaffirmé la « totale neutralité » de son pays dans le conflit opposant Kiev à Moscou, avant son départ mercredi pour l’Ukraine où il doit effectuer une visite de deux jours.

« Nous respectons une totale neutralité, il y a dix jours j’étais à Moscou. Nous n’avons aucun intérêt à nous mêler à ce conflit, nous entretenons de bonnes relations avec les deux pays », a affirmé Liberman à la radio publique.

Le début de la visite du ministre israélien a lieu le jour même où les dirigeants ukrainien, russe, français et allemand doivent se retrouver à Minsk pour un sommet de la dernière chance qui vise à mettre fin à dix mois d’un conflit ayant fait plus de 5 300 morts dans l’est séparatiste prorusse de l’Ukraine.

La prudence israélienne dans le conflit s’explique notamment par la présence d’une importante communauté juive en Ukraine, forte de 200 000 personnes et dont la grande majorité habite Kiev, ainsi qu’en Russie (570 000).

L’an dernier, le nombre d’immigrants venus d’Ukraine pour s’installer en Israël a augmenté de 190 %, atteignant 5.840 personnes, selon les chiffres officiels.

Avigdor Lieberman a d’ailleurs souligné que le sort de la communauté juive en Ukraine, « qui se trouve dans une situation compliquée », était « le sujet qui (l)’inquiétait le plus ».

Après la chute de l’URSS en 1991, quelque 250 000 juifs avaient quitté l’Ukraine pour Israël.