Fin des années 50 en France, Vincent Thibout, un jeune homme chrétien revient d’un séjour de deux ans dans un kibboutz israélien avec une idée en tête : répliquer le modèle en France, raconte Dissidences chrétiennes, une émission de France-Culture.

Après avoir trouvé un village abandonné à 50 km de Béziers, Thibout, qui a réussi à convaincre sa famille habitant dans le XIe arrondissement de Paris, fonde la communauté de Pardialhan selon le précepte : chacun « travaille selon ses possibilités et obtient selon ses besoins ».

Le tout « est cimenté, explique France-Culture, par une croyance qui mélange à la fois le jansénisme, le sionisme, le judaïsme et le socialisme ».

Mais, on ne sait pourquoi, les anciens kibboutzniks ayant refusé de témoigner, l’expérience n’aura duré que 3 ans.