Elles s’appellent Sarah Hayem-Laiter et Evelyne Gougenheim. Deux femmes qui se présentent hors-listes aux élections consistoriales de Paris qui se tiendront le 26 novembre prochain dans différents lieux de cultes en Ile-de-France.

La quasi-totalité des 24 candidats de cette élection s’est rangée sous la bannière du président du Consistoire de Paris, Joël Mergui (liste Osons le judaïsme, 13 candidats), également président du Consistoire central, ou sur la liste « Notre Consistoire demain » de son concurrent principal David Revcolevschi, qui regroupe 9 candidats.

Entre ces deux listes, seulement trois candidats indépendants vont tenter de faire entendre leur voix. Marc Bensoussan, 68 ans, médecin généraliste ancien dirigeant du mouvement de jeunesse Tikvaenou, et membre de la synagogue de la rue Vauquelin de Paris est l’un d’eux.

Evelyne Gougenheim, déjà candidate aux votations précédentes pour le Consistoire central, et administrateur élue du Consistoire de Paris depuis 2009 a également été membre du Bureau et ordonnateur des dépenses de 2013 à 2014. Elle prône dans sa profession de foi des valeurs « de transparence ».

Face à elle, Sarah Hayem-Laiter, une primo-candidate indépendante, professeur de mathématiques de profession, et portant avec fierté sa double origine « séfarade et ashkénaze ». Son programme promeut le rassemblement des juifs « pratiquants ou non », une présence accrue des femmes dans les institutions, ou encore la mise en place d’une garde d’enfants dans les synagogues pour la fête de Kippour.

Les résultats du scrutin qui se déroulera dimanche prochain permettront de savoir si elle fera partie du renouvellement de la moitié des administrateurs du Consistoire de Paris, qui fédère à ce jour la plupart des synagogues franciliennes.

Treize postes sont à pourvoir.

Le scrutin aura lieu de 9 heures à 17 heures dans 49 bureaux de vote situés dans différents lieux de culte.

Le Times of Israel avait fait une erreur en indiquant qu’Evelyne Gougenheim avait été invalidée. Veuillez-nous en excuser. Cliquer ici pour lire son droit de réponse

Haïm Rozencwajg a contribué à cet article.