Un maire français, proche du Front National, a allumé une ménorah dans sa mairie malgré des protestations selon lesquelles cet allumage violerait la séparation de l’Église et de l’État.

Robert Ménard, qui a été élu cette année maire de Béziers, a allumé la ménorah mardi, pour le première soir de Hanoukka, au siège de sa municipalité, a rapporté jeudi l’hebdomadaire Actualité Juive.

Aimé Couquet, un ancien dirigeant du Parti Communiste Français qui vit lui-même à Béziers, a déclaré au quotidien Midi Libre qu’il s’agissait d' »une violation de la Constitution française et de la loi sur la séparation de l’Église et de l’État » et que le maire « a installé un nouveau symbole religieux ostentatoire à l’intérieur de l’hôtel de ville. »

Maurice Abitbol, président de la communauté juive locale, a déclaré à Actualité Juive qu’il a bien demandé au maire d’ériger une ménorah mais que la branche locale du consistoire – l’organisation responsable pour les services religieux de la communauté juive de France – « avait exercé une forte pression » pour empêcher l’événement de prendre place en raison de l’affiliation de Ménard au Front National. Abitbol estime, lui, que Ménard est «impartial».

Des représentants de la communauté juive de France ont décidé de boycotter le parti d’extrême-droite, qui tente de prendre ses distances avec son fondateur Jean-Marie Le Pen. Sa fille, Marine, essaie de mettre en place actuellement une politique de la main tendue envers la communauté juive.

Vendredi, un tribunal administratif dans la ville voisine de Montpellier a rejeté une injonction au tribunal déposée par un groupe local de défense des droits de l’homme demandant le retrait d’une crèche de Noël, que Ménard avait placé à l’Hôtel de ville il y a quelques semaines.

La juge Marianne Hardy a estimé que la crèche n’est pas danger pour l’ordre public, et qu’elle ne contrevient « ni aux principe de laïcité ni à celui de la neutralité. »

La laïcité dans la sphère publique est un principe du gouvernement français et de la Constitution. Beaucoup craignent que ce principe se soit érodé, en France, en grande partie à cause de l’islam.