En avril dernier, le Premier ministre français, Manuel Valls, annonçait la création de Comités Opérationnels de lutte contre le Racisme et l‘Antisémitisme (CORA).

Ces comités doivent voir le jour dans tous les départements français afin de lutter contre le racisme directement sur le terrain grâce aux acteurs déjà présents mais en leur donnant une aide matérielle et pédagogique.

Ce comité émanant du conseil départemental de prévention de la délinquance consiste en une collaboration des différents acteurs des départements et des communes tels que le préfet, le procureur de la République, les représentants de l’Éducation nationale dans les départements, le président du département et les maires.

Les missions de ce comité sont résumées en quatre points. Le comité doit d’abord « veiller à l’application des instructions du gouvernement en matière de lutte contre le racisme. »

Le comité doit également mettre en place une politique de prévention contre « toutes les formes de racismes » et définir « un plan d’action » en fonction des caractéristiques du département en question. Enfin, le comité devra faire un bilan des « actions mises en oeuvres ».

Le comité s’est installé, hier, en Meurthe-et-Moselle. Ces comités ont déjà vu le jour dans le Lot, en Corse et en Gironde.

Philippe Mahé, préfet du département de la Meurthe-et-Moselle a présidé la réunion de mise en place de ce comité en collaboration avec le président du conseil départemental et du procureur de la République.

Lors de cette réunion, les priorités dans la lutte contre le racisme et l’antisémitisme ont été définis et un diagnostic des actes a été établi dans le département rapporte le site ici-c-nancy.

Des associations ont reçu des subventions pour leur projet en faveur de des valeurs de la République. D’autre part le préfet a annoncé que le comité s’associera avec la conférence inter-religieuse qui aura lieu en mars 2016. Cette collaboration permettra au comité de s’appuyer sur les acteurs déjà présents sur le terrain.