Des pirates informatiques israéliens ont lancé une contre-offensive virtuelle contre des ordinateurs appartenant à des membres du groupe Anonymous et des groupuscules alliés, en représailles à la cyber-attaque lancée par les assaillants anti-israéliens virtuels la semaine dernière. Bilan des hostilités : des webcams piratées et des photographies de plusieurs membres d’Anonymous publiées en ligne.

Un hacker nommé Buddhax, un membre du groupe Israeli Elite Force, a publié mercredi l’information sur la page Facebook de l’IEF, deux jours seulement après la cyber-attaque lancée par les pirates anti-israéliens. Ces derniers ont tenté de réitérer l’assaut virtuel massif lancé l’an dernier contre des sites israéliens, baptisé #OpIsrael.

Plusieurs sites israéliens, dont ceux de la poste et du ministère de l’Education, ont été la cible des hackers la semaine dernière. Les pirates d’Anonymous auraient publié sur Internet la liste des numéros de téléphone, e-mails et mots de passe de hauts responsables israéliens. Des sites privés ont également été victimes de l’assaut.

Anonymous a choisi le 7 avril, journée anniversaire de l’attaque massive de l’an passé, pour lancer une nouvelle offensive cybernétique dans le but réaffirmé « d’effacer l’Etat hébreu du cyber-espace » en solidarité avec le peuple palestinien.

Buddhax a tracé les adresses IP de certains des assaillants avant de pénétrer dans le système d’au moins 16 ordinateurs, de faire des captures d’écran, de décrypter leurs identifiants et mots de passe et enfin de pirater leurs webcams afin de prendre des photos des pirates, explique Buddhax. Ce dernier a envoyé un message à chaque pirate affirmant « La prochaine fois, ne participe pas à OpIsrael. Nous connaissons ton identité. Nous savons où tu te trouves. Vive Israël ! »

Buddhax a mis en ligne les pages Facebook et autres données personnelles de la plupart de ses cibles. La plupart ont depuis été bloquées ou supprimées.