L’agence officielle Sana a démenti lundi que le régime syrien construisait en secret un complexe susceptible de mettre au point des armes nucléaires, comme l’affirme l’hebdomadaire allemand Der Spiegel paru samedi.

Selon le magazine, qui s’appuie sur des « documents exclusifs », des images satellites et des conversations interceptées par les services de renseignement, l’usine se trouve dans l’ouest du pays, près de la ville de Qousseir, proche de la frontière libanaise.

Le site, dont le nom de code est « Zamzam », pourrait servir à édifier un réacteur ou une usine d’enrichissement de l’uranium, selon des « experts occidentaux » cités par le magazine.

« Dire comme le magazine Der Spiegel que la Syrie est en train de construire une station nucléaire est un mensonge et une allégation ridicule », a indiqué l’agence Sana.

« La Syrie dément ces allégations (..) qui font partie du complot qui la vise à travers une campagne de tromperie et les pressions qu’exercent sur elle des forces régionales et internationales impliquées dans l’agression » sur le pays, ajoute Sana.

Selon Der Spiegel, le régime syrien a transféré vers le nouveau complexe 8 000 barres de combustible naguère destinées au site secret d’Al-Kibar, soupçonné d’abriter un réacteur nucléaire clandestin.

Ce site, dans l’est de la Syrie, avait été détruit en 2007 par un raid aérien mené par Israël, qui n’a jamais confirmé l’attaque.

D’après l’hebdomadaire allemand, des experts nord-coréens et iraniens sont impliqués dans le projet « Zamzam ». La puissante milice chiite libanaise du Hezbollah, qui soutient le régime de Bachar al-Assad dans la guerre civile syrienne, assurerait la garde du site.

Le régime syrien a accepté de démanteler son arsenal chimique pour éviter une intervention militaire américaine, après que Damas eut été accusé d’avoir utilisé du gaz sarin dans une attaque ayant fait plusieurs centaines de morts en août 2013 près de la capitale syrienne.

La Syrie a déjà évacué un total de 1 300 tonnes d’armes chimiques et la destruction des dernières installations syriennes de production d’armes chimiques devrait être terminée cette année, selon l’ONU.