Un haut responsable médical des Nations unies dirigera le mois prochain un séminaire en Israël pour y rencontrer des professionnels de la médecine. L’institution internationale est en quête de personnes qualifiées pour rejoindre les rangs de ses unités de maintien de la paix, a annoncé mardi dans un communiqué la mission israélienne à l’ONU.

Les Nations unies portent un intérêt particulier aux praticiens israéliens en raison de leur expérience médicale en ville et sur le terrain, a déclaré l’ambassadeur de l’Etat juif à l’ONU, Danny Danon, organisateur de la mission.

« Les forces de sécurité israéliennes et de secours médical de première urgence constituent une source de capital humain appréciable pour de tels postes », indique le communiqué.

Jillann Farmer, directeur médical de l’ONU, dirigera ce séminaire qui aura pour objectif de permettre aux responsables des Nations unies de rencontrer des candidats potentiels.

Les Nations unies recherchent en particulier des candidates qui pourront servir aux côtés des forces de maintien de la paix, précise le communiqué. Les représentants de l’institution expliqueront à ces dernières les différentes fonctions actuellement disponibles et le processus de candidature.

Danny Danon, ambassadeur d'Israël auprès des Nations unies, devant le Conseil de sécurité, le 19 octobre 2016. (Crédit : Nations unies)

Danny Danon, ambassadeur d’Israël auprès des Nations unies, devant le Conseil de sécurité, le 19 octobre 2016. (Crédit : Nations unies)

« Le capital humain d’Israël est le secret de notre réussite en tant que nation, et nous sommes fiers des nombreuses femmes qui ont accédé à des postes à haute responsabilité dans cette profession, a dit Danon. L’ONU comprend et accorde une grande valeur aux contributions faites au monde par les praticiens médicaux israéliens, et nous nous réjouissons que les Nations unies cherchent des Israéliens pour occuper ces postes importants. »

Au mois de novembre dernier, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de l’ONU avait reconnu l’hôpital de campagne de l’armée israélienne – régulièrement envoyé à l’étranger pour venir en aide sur les sites touchés par des catastrophes naturelles – comme étant le « numéro un dans le monde ». Lors d’une cérémonie organisée pour l’occasion, l’institution avait évalué que la structure de terrain était de niveau ‘Type 3’. C’est le premier et unique hôpital de campagne à avoir reçu une telle gratification, selon son commandant, le médecin et Lieutenant colonel réserviste Ofer Merin.

En 2013, l’OMS a créé une série de critères permettant de classifier les équipes médicales étrangères dans leurs performances lors de catastrophe naturelles, sur une échelle de 1 à 3. Israël est actuellement le seul pays à avoir reçu la plus haute distinction.

Un hôpital de campagne de 26 tentes mis en place par l'armée israélienne pendant un exercice à Beit Naballah, dans le centre d'Israël, le 9 décembre 2013. (Crédit : unité des porte-paroles de l'armée israélienne)

Un hôpital de campagne de 26 tentes mis en place par l’armée israélienne pendant un exercice à Beit Naballah, dans le centre d’Israël, le 9 décembre 2013. (Crédit : unité des porte-paroles de l’armée israélienne)

Les équipes israéliennes de secours d’urgence lors des catastrophes naturelles ont souvent été parmi les premières et les plus importantes à arriver sur les sites où ont eu lieu de telles tragédies. Les services médicaux du Corps médical de l’armée israélienne et du commandement de la Défense passive sont intervenus après le séisme survenu en Turquie en 1999, le tremblement de terre qui a touché Haïti en 2010, lorsque les Philippines ont été dévastées par un typhon en 2013 et, plus récemment, suite à un séisme au Népal en 2015.

Les candidats potentiels pour les équipes médicales de l’ONU doivent être diplômés de médecine et avoir plus de cinq ans d’expérience, ainsi que des compétences linguistiques en anglais et en français. Les médecins urgentistes, les traumatologues, les pédiatres et les psychiatres figurent parmi les spécialistes les plus recherchés.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.