L’ambassadeur israélien aux Nations unies, Danny Danon, a répliqué lundi après les propos de l’envoyé syrien auprès de l’institution internationale.

Danon a affirmé qu’il était hypocrite d’avoir décrit la frappe aérienne israélienne de vendredi contre un convoi d’armes du Hezbollah en territoire syrien comme une « opération terroriste », tout en vantant les attaques de missile syrienne en représailles comme un changement de donne.

« C’est le summum de l’hypocrisie pour l’ambassadeur d’un régime qui massacre son propre peuple de porter de telles accusations à notre encontre », a déclaré Danon lundi dans un communiqué.

« Israël continuera à défendre ses citoyens et agira contre toute tentative visant à leur nuire », a-t-il juré.

Vendredi avant l’aube, des avions israéliens ont visé un convoi d’armes destiné au Hezbollah près de Palmyre, et la Syrie a lancé des missiles aériens contre les avions. Un missile a été intercepté par le système de défense israélien Arrow, ont indiqué des responsables militaires. Il s’agit de la première utilisation annoncée du système.

L’ambassadeur syrien à l'ONU, Bachar Jaafari. (Crédit : UN Watch)

L’ambassadeur syrien à l’ONU, Bachar Jaafari. (Crédit : UN Watch)

Dimanche, sur la télévision publique syrienne, l’ambassadeur de la Syrie aux Nations unies, Bashar al-Jaafari, a déclaré que la réponse syrienne était « appropriée et cohérente avec l’opération terroriste d’Israël », et qu’Israël « penserait maintenant un million de fois [avant de frapper à nouveau] », selon une traduction de ses propos cités par Ynet.

« La réponse vigoureuse de la Syrie aux attaques israéliennes a changé les règles du jeu », a-t-il déclaré.

Ces propos ont mis en évidence l’intensification des tensions entre Damas et Jérusalem ces derniers jours, et ont été prononcés quelques heures avant des frappes qu’Israël aurait menées dans la nuit de dimanche à lundi, notamment sur un autre convoi d’armes du Hezbollah.

Les médias syriens ont indiqué lundi matin que des avions israéliens avaient visé plusieurs cibles près de la frontière entre la Syrie et le Liban. Ces informations n’ont pas été confirmées.

Dimanche après-midi, un drone israélien aurait frappé et tué un membre d’une milice pro-régime syrien sur le plateau du Golan syrien.

Dimanche, le ministre de la Défense, Avigdor Liberman, a menacé de détruire le système de défense anti-aérienne syrien qui a visé les avions israéliens pendant l’opération de vendredi.