C’est un long périple dans le passé qu’effectue actuellement Pierre Spielvogel, aidé en cela par l’ancien conservateur du patrimoine aux Archives départementales de Dordogne et auteur de l’ouvrage Les Juifs en Dordogne.

Cet homme, habitant aujourd’hui la région parisienne, est retourné sur les traces de son père caché en Dordogne en 1942, raconte le journal Sud Ouest.

« Vézac, été 1942. Élie Spielvogel, un jeune juif polonais, rejoint son frère pour trouver refuge en Dordogne, explique le journal. Ses parents, arrivés à Paris en 1925 et prévenus d’arrestations massives, ont préféré disperser leurs trois enfants en France alors qu’ils n’ont plus de nouvelles de leur aîné, interné à Drancy puis déporté à Auschwitz. »

« Mon père avait trouvé refuge à Vézac chez un paysan, Baptiste Cerrou », raconte Pierre Spielvogel.

Durant son enquête, il est déjà parvenu à retrouver la ferme où son père a été accueilli. Mais aussi la trace d’un homme venu en aide à son père en août 1942, en se portant garant pour lui après son arrestation.

« Par le biais des Archives départementales de la Dordogne, j’ai aussi eu connaissance d’un rapport de la gendarmerie établi contre mon père en août 1942 pour défaut de sauf-conduit. Roger Drony se présente pour se porter garant de mon père alors qu’il ne le connaît pas. »

Aujourd’hui Pierre continue à chercher les descendants de Roger Drony.

Si vous possédez des renseignements, vous pouvez contacter Pierre par e-mail : spielvogel.pierre@wanadoo.fr