Le Premier ministre britannique Theresa May a promis de soutenir la communauté juive et de combattre les préjugés sous toutes leurs formes dans un message diffusé pour Hanoukka quelques jours avant le début de la fête juive des Lumières.

Le thème abordé dans son message a été la liberté religieuse face à l’intolérance et aux oppressions.

“Alors que nous affrontons les horreurs d’un antisémitisme croissant et la haine horrible qui a été attisée par les attentats terroristes qui se sont produits à travers l’Europe, les thématiques de la liberté et de l’affranchissement qui sont au coeur de l’histoire de Hanoukka restent plus pertinentes que jamais”, a indiqué le Premier ministre.

“Tout comme les Maccabées ont résisté à l’oppression et su conserver leur foi pour être récompensés par le miracle d’une lumière qui a brûlé pendant huit nuits, nous devons nous aussi avoir le courage aujourd’hui de défendre nos valeurs et de garder le caractère sacré de nos modes de vie”.

May a souligné l’importance de la communauté juive au Royaume-Uni et de la contribution qu’elle a apportée au pays. Elle a également répété son message, transmis à l’occasion de la Nouvelle Année juive, qu’elle ferait tout ce qui est en son pouvoir pour protéger la communauté juive contre les préjugés et les idéologies extrémistes dissimulées sous l’antisémitisme et le racisme.

“Tant que je serai Première ministre, je veux que vous sachiez que je suis à vos côtés et que je défendrai avec passion votre droit à pratiquer votre foi, sans questionnement ou crainte », a-t-elle dit.

“Le Royaume-Uni ne serait tout simplement pas le Royaume-Uni sans ses Juifs”, a-t-elle déclaré.

La semaine dernière, May avait pris la parole devant l’organisation Friends of Israel du parti Conservateur.

Son discours avait été ponctué de nombreux éloges d’Israël et de marques de soutien à l’égard de l’état juif. Elle avait qualifié ce dernier de « pays remarquable » et de “phare de tolérance”. May avait indiqué que les liens avec Israël étaient “cruciaux”, elle avait promis de porter les relations commerciales bilatérales à un niveau supérieur et avait dépeint la Déclaration Balfour comme étant “l’un des plus importants courriers de l’Histoire”.

En même temps, elle avait fustigé le parti travailliste d’opposition, responsable, selon elle, de « détourner la tête devant l’antisémitisme ».