L’écrivain israélien David Grossman a annoncé jeudi soir qu’il retirait sa candidature au prestigieux Prix Israël après la décision du Premier ministre Benjamin Netanyahu d’écarter du jury ses membres les plus critiques vis-à-vis de la politique israélienne, selon la télévision locale.

Le Premier ministre a disqualifié cette semaine trois membres du jury du Prix Israël, le plus important prix culturel du pays, accusant sur sa page Facebook le comité de sélection d’avoir « nominé ces dernières années de plus en plus d’extrémistes et d’anti-sionistes ».

« Cette situation, qui permet à un petit groupe aux positions extrémistes de garder la mainmise sur les nominations du Prix Israël doit changer », a ajouté Netanyahu, qui en tant que ministre de l’Education par intérim, a un pouvoir de décision sur la composition du jury.

Après la mise à l’écart de trois membres du jury — les professeurs de Littérature Avner Holtzman et Ariel Hirschfeld et le producteur Haïm Sharir — plusieurs écrivains nominés, dont David Grossman, ont annoncé qu’ils boycottaient le Prix.

« J’ai pris cette décision en réponse à la campagne d’intimidation du Premier ministre à l’encontre de certains des meilleurs scientifiques et artistes israéliens », a annoncé à une journaliste de la Deuxième chaîne de télévision Grossman, voix infatigable du « camp de la paix » et l’une des plus grandes figures de la littérature israélienne.

Il est notamment l’auteur du roman « Une femme fuyant l’annonce », Prix Médicis dans la catégorie littérature étrangère en 2011.

Le parti travailliste israélien a annoncé qu’il saisissait la Haute Cour de justice israélienne pour s’opposer à l’intervention du Premier ministre sur la composition du jury du Prix Israël.

« Pour apparaitre le plus à droite possible, Netanyahu est prêt à tout, même à détruire des symboles d’Israël si importants pour tant de générations », a dénoncé le candidat travailliste Yitzhak Herzog dans un communiqué.

Le Prix Israël, décerné chaque année à des individus ou groupes qui se sont distingués dans les lettres, les sciences ou les arts, est considéré comme l’un des plus grands honneurs accordés par l’État hébreu.