Un représentant de la communauté juive hongroise a reçu une enveloppe contenant de la poudre blanche. Les analyses ont révélé que cette poudre n’était pas dangereuse.

L’enveloppe avait été envoyée plus tôt dans la semaine à Andras Heisler, le président de la fédération Mazsihisz de la communauté juive hongroise, selon un reportage diffusé mercredi sur la chaîne télévisée ATV.

D’autre part, la police de Tatabanya, une ville située à 50 km à l’ouest de Budapest, a rapporté des actes de vandalisme antisémites.

En effet, des croix gammées et des slogans antisémites ont été peints sur plusieurs tombes dans le cimetière juif de la ville. Selon l’agence de presse EFE, aucun suspect n’a été arrêté.

Le 24 mars, des centaines de rabbins européens doivent se réunir à Budapest pour la conférence biannuelle du Centre rabbinique d’Europe.

« Le choix de la Hongrie comme pays hôte de l’événement veut montrer aux autorités hongroises l’inquiétude des Juifs européens par rapport à la situation de la communauté juive hongroise, ainsi qu’envoyer un message de solitude à la communauté juive hongroise, et aux Juifs européens en général, » a écrit le directeur du centre, le rabbin Menachem Margolin, dans un communiqué.

L’année dernière, Ira Forman, l’envoyé du département d’Etat américain pour le combat de l’antisémitisme, avait déclaré que le gouvernement hongrois devrait faire plus d’efforts pour mettre fin au phénomène.

Le parti Jobbik, un parti d’extrême-droite au passé antisémite, est le troisième parti le plus important en Hongrie. Le parti détient 43 des 386 sièges au Parlement.

Plus tôt cette année, l’organisation Maszihisz ainsi que d’autres groupes juifs ont déclaré qu’ils ne participeraient pas aux commémorations des 70 ans de l’occupation nazie de la Hongrie.

Ces commémorations sont organisées par le gouvernement, mais les organisations juives affirment que ce dernier cache le rôle qu’ont joué les Hongrois dans le massacre des Juifs hongrois.

Le centre rabbinique d’Europe n’a aucun lien avec les commémorations, a souligné un porte-parole du centre auprès de JTA.

Des messages antisémites et des croix gammées ont été peints sur des tombes du cimetière juif de Tatabanya, à 65 km à l’ouest de Budapest, a annoncé lundi le maire de la ville, Csaba Schmidt.

Des inconnus ont inscrit vendredi dernier à la peinture rouge sur plusieurs tombes des messages tels que « Sales juifs » ou encore « L’Holocauste n’a jamais eu lieu mais il se produira dans le futur ».

Ils ont également peint des croix gammées et le symbole du parti des Croix fléchées, la formation nazie hongroise durant la Seconde Guerre mondiale.

Une enquête de police est en cours, a indiqué la mairie, alors que Schmidt s’est dit « choqué » et a condamné fermement la profanation dans un communiqué diffusé lundi sur le site officiel de la municipalité.

L’ONG de lutte contre l’antisémitisme TEV (Fondation Acte et Protection) a indiqué lundi vouloir déposer une plainte pour négationnisme.

Cet incident intervient alors que les relations entre le gouvernement hongrois du Premier ministre Viktor Orban et les organisations juives sont tendues et que le pays commémore le 70e anniversaire de la déportation massive de Juifs vers les camps de concentration en 1944.

La première organisation juive hongroise Mazsihisz est allée jusqu’à menacer de boycotter les commémorations à cause d’un monument controversé, dont les organisations juives estimaient qu’il mettait responsables et victimes de l’Holocauste sur le même plan.

Fin février, le gouvernement a décidé de reporter l’inauguration du monument, prévue mi-mars, au mois de mai, tout en refusant de le modifier.

En juillet 2012, plus de cinquante tombes avaient été vandalisées par des inconnus au cimetière juif de Kaposvar, à 200 km au sud-ouest de Budapest.