À son retour en Israël, après un voyage de trois jours à Washington dans lequel il a mis en garde contre la menace nucléaire de l’Iran, le Premier ministre Netanyahu a répondu mercredi aux commentaires du président Barack Obama en disant que son discours avait été reçu « avec une grande résonance ».

Bien que le président américain Barack Obama ait affirmé mardi que Netanyahou n’avait proposé dans son discours devant le Congrès aucune « alternative viable » aux négociations en cours, le Premier ministre a répondu en demandant des modifications majeures à l’accord actuellement en cours de discussion.

« Tout d’abord, j’ai appelé à limiter les capacités nucléaires de l’Iran dans le but de prolonger la période de temps nécessaire pour obtenir une bombe. C’est le temps qu’il faudra pour produire les matériaux nécessaires pour une bombe nucléaire au cas où il rompait l’accord », a déclaré Netanyahu.

« Deuxièmement, j’ai appelé à maintenir toutes les restrictions actuelles sur l’Iran tant qu’il continuera à parrainer le terrorisme, à agir de manière agressive dans la région et à menacer d’anéantir l’Etat d’Israël. »

Netanyahu a fait valoir mardi que l’accord nucléaire émergent entre l’Iran et les puissances mondiales « n’arrêtera pas le chemin de l’Iran vers une bombe, mais au contraire le pavera », ajoutant qu’ « il est inacceptable d’accorder [à l’Iran] les outils de menacer notre existence, la région et le monde entier ».

Répondant mercredi à Obama, Netanyahu a déclaré que le Congrès sera probablement un facteur « influent et peut-être même décisif » sur la question d’un accord avec l’Iran.

« Mes remarques ont été reçues avec une grande résonance au Congrès, et cela a une importance particulière en ce moment », a ajouté Netanyahu.

Dans une interview avec la chaîne NBC mercredi, l’ambassadeur d’Israël aux Etats-Unis, Ron Dermer, est revenu sur les principaux points du discours de Netanyahu, à savoir que l’alternative au « mauvais accord » avec l’Iran était un meilleur accord dans lequel la possibilité de fabriquer une bombe serait restreinte. Il a fait remarquer que le Premier ministre avait dit quelque chose de nouveau, à savoir le lien entre la levée des sanctions sur l’Iran et un changement dans son comportement.

« Qu’ils cessent leurs agressions dans la région, qu’ils arrêtent de parrainer le terrorisme partout dans le monde, et qu’ils cessent de menacer Israël d’anéantissement », a lancé le Premier ministre.