Le président israélien Reuven Rivlin doit rencontrer dimanche les dirigeants de six partis afin de déterminer un candidat pour former une coalition gouvernementale.
 
Avec une avance de six sièges, le chef du Likud et actuel Premier ministre, Benjamin Netanyahu, sera probablement appelé à former le prochain gouvernement après que Rivlin ait consulté tous les chefs de parti.

Les chefs de formations représentant 61 des 120 membres de la Knesset sont censés recommander Netanyahu comme futur Premier ministre.

A cet effet, les représentants du Likud, de l’Union sioniste, de la Liste arabe unie, de HaBayit HaYehudi, Shas et de Yahadout HaTorah rencontreront Rivlin dimanche, tandis que le tour de Yesh Atid, de Koulanou, d’Yisrael Beitenu et de Meretz est fixé pour lundi.

Le président a décidé d’entamer ses consultations avant même la publication finale et officielle mercredi des résultats par la commission électorale. La loi israélienne prévoit que le président dispose d’un délai de sept jours pour désigner, après consultations, le député qu’il considère le mieux placé pour former une coalition gouvernementale.

Mais selon le porte-parole, le président Rivlin a préféré accélérer le processus en débutant ses consultations dès dimanche et non mercredi. « Mais il ne pourra pas désigner un candidat pour former le gouvernement avant mercredi », a précisé le porte-parole.

Par ailleurs, selon le site israélien d’informations NRG, dans le cadre de maneuvres en coulisses sur la coalition, le nouveau parti Koulanou de Moshe Kahlon et le parti ultra-orthodoxe Yahadout HaTorah se disputent la présidence-clé de la commision des Finances de la Knesset.

Des sources proches de Koulanou disent qu’en plus du ministère des Finances, Kahlon veut la présidence de la commision des Finances, ainsi que le ministère du Logement.

Mais Yahadout HaTorah souhaite que l’ancien président de la commision des Finances Moshe Gafni retrouve le poste qu’il a occupé entre 2009 et 2013.

Le député Moshe Gafni (Yahadut Hatorah) participe à un comité, le 29 octobre 2012 (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Le député Moshe Gafni (Yahadut Hatorah) participe à un comité, le 29 octobre 2012 (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Des sources au Likud ont déclaré qu’un compromis est enviageable dans lequel Gafni retrouverait la commission des Finances, s’il s’engageait à mettre des bâtons dans les roues aux importantes législations de Kahlon.

Alors que le Likud (30 sièges), Koulanou (10), HaBayit HaYehudi (8), Shas (7) et Yahadout HaTorah (6) se sont engagés à soutenir un gouvernement dirigé par Netanyahu après le succès électoral de ce dernier le 17 mars, Yisrael Beitenu (6 sièges) prendra sa décision dimanche. Le chef du parti Avigdor Liberman souhaite obtenir le poste de ministre de la Défense, que Netanyahu n’a pas l’intention de lui donner et de laisser à Moshe Yaalon.

Netanyahu veut conserver les ministres sortants de la Défense, des Affaires étrangères et de l’Economie à leurs postes, a estimé vendredi soir un commentateur de la télévision israélienne.

Les chaînes de télévision et les journaux ont beaucoup spéculé ces trois derniers jours sur la question de qui obtiendra quel portefeuille dans le prochain gouvernement.

Le magazine du vendredi soir de la Deuxième chaîne a dit que Naftali Bennett de HaBayit HaYehudi veut celui de la Défense pour lui-même ainsi que le portefeuille de l’Education pour un de ses colistiers, et que Liberman pourrait ne pas rejoindre du tout la coalition s’il n’obtient pas le poste de la Défense.

La préférence de Netanyahu, selon le même journaliste, serait de laisser son collègue du Likud, Moshe Yaalon, à la Défense, Liberman aux Affaires étrangères et Bennett au ministère de l’Economie – un arrangement certainement inacceptable pour Bennett.

Kahlon, l’ancien ministre du Likud dont le nouveau parti Koulanou a remporté 10 sièges, a exigé le poste de ministre des Finances dans le nouveau gouvernement, mais devrait également demander des postes ayant une certaine influence pour d’autres membres de son parti.

Le chef de Shas, Aryeh Deri, est pressenti dans certains milieux pour le ministère de l’Intérieur, bien que Yair Lapid le chef de file du parti centriste Yesh Atid a appelé samedi Netanyahu à ne pas le lui donner, puisque Deri a purgé une peine pour corruption passive.

Shas ne s’est pas laissé impressionner par les propos de Lapid, affirmant dans un communiqué samedi soir que l’ère où on recevait des instructions de ce monsieur était revolue.

« Le pire ministre des Finances dans l’histoire de l’Etat d’Israël ose (nous) faire des reproches, après avoir paralysé des dizaines de milliers de familles et les avoir menées au seuil de pauvreté, » a répondu le parti.

« Après deux ans d’amateurisme économique [la coalition sortante a duré 20 mois], le peuple d’Israël mérite un leadership expérimenté. »
 
Rivlin aurait sans doute préféré un « gouvernement d’union nationale » avec le Likud de Netanyahu et l’Union sioniste d’Isaac Herzog, mais semble n’avoir d’autre choix que celui de confier officiellement à Netanyahu la tâche de former le nouveau gouvernement.