Alors que les politiciens ont encore près de deux semaines devant eux pour tenter de convaincre des électeurs potentiels, les fonctionnaires israéliens servant à l’étranger auront eu leur mot à dire dès mercredi, donnant ainsi le coup d’envoi officiel aux élections pour la 20e Knesset.

Quelque 6 250 représentants dans plus de 98 missions à travers le monde ont le droit de vote, d’Amman à El Salvador et au Ghana.

Les votes à l’étranger débuteront mercredi soir et se dérouleront sur 36 heures, compte tenu des différents fuseaux horaires.

Les représentants d’Israël au consulat à Wellington en Nouvelle-Zélande, seront les premiers à accomplir leur devoir civique ; l’ambassadeur Yosef Livneh devrait être le premier à glisser son bulletin dans l’urne. Les derniers diplomates à voter seront ceux de la mission israélienne à San Francisco.

Les expatriés de citoyenneté israélienne ou les personnes voyageant à l’étranger qui ne servent pas le pays à titre officiel ne sont pas autorisés à voter.

L’exception faite pour les diplomates s’applique également aux émissaires envoyés à l’étranger par l’Agence Juive, le Keren Kayemet Leyisrael (Le Fonds national juif), le Keren Hayessod et l’Organisation sioniste mondiale. Leurs conjoints et enfants (de 18 à 20 ans) peuvent également voter à l’étranger.

Max Luria, un émissaire de l’Agence juive en Ukraine, a dit que lui et sa partenaire ont du voyager 700 kilomètres pour aller voter.

« Nous tenions à voter parce que nous pensons vraiment que chaque bulletin peut changer quelque chose », a-t-il déclaré à la radio militaire israélienne.

Selon un communiqué de la Knesset, le consulat à New York est le bureau qui a le plus grand nombre d’électeurs, soit environ 600.

Les votes seront envoyés par courrier diplomatique en Israël et stockés dans un coffre-fort à la Commission électorale centrale jusqu’au jour du scrutin.

Quatre types de « votes spéciaux » sont organisés lors des élections : pour les diplomates et autres émissaires au service de l’État à l’étranger, pour les soldats sur les bases de l’armée ; pour les prisonniers et pour les personnes hospitalisées.

Les autres Israéliens se rendront aux urnes le 17 mars.