L’ancien chef de la diplomatie polonaise et survivant du camp de la mort nazi d’Auschwitz, Wladyslaw Bartoszewski, est mort vendredi à Varsovie à l’âge de 93 ans, a annoncé son ami et biographe Michal Komar.

Professeur d’histoire, M. Bartoszewski était toujours actif dans la vie publique en Pologne, malgré son grand âge.

Il a été jusqu’à récemment secrétaire d’Etat chargé du dialogue international auprès du Premier ministre. La porte-parole du gouvernement Malgorzata Kidawa-Blonska avait annoncé plus tôt dans la journée son hospitalisation d’urgence.

Ancien prisonnier d’Auschwitz, il fut membre de la résistance polonaise non communiste contre les nazis, et il a milité pendant la guerre dans une organisation polonaise d’aide aux juifs, Zegota.

Il a écrit plusieurs ouvrages historiques sur les relations entre les Polonais, les Juifs et les Allemands, et a été un promoteur des dialogues germano-polonais et polono-juif.

Membre du Comité international du Musée d’Auschwitz, il a déclaré au moment des cérémonies en janvier du 70e anniversaire de la libération de ce camp, symbole de l’Holocauste : « Ce que les nazis ont voulu anéantir, nous allons le sauver de l’oubli ».

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, ex-chef du gouvernement polonais, a fait part de sa « tristesse » après l’annonce du décès de Bartoszewski.

« Le travail avec vous été un honneur, et votre amitié un grand don pour moi. C’est une très triste journée pour nous », a-t-il écrit sur son compte Twitter.