Le physicien dont la carrière a été marquée par ses recherches qui ont permis de capter les images en mouvement des premiers pas sur la lune est décédé. Ernest Sterglass avait 91 ans.

L’université de Cornell a annoncé la mort de Sternglass, le 12 février, d’une insuffisance cardiaque, à Ithaca dans l’Etat de New York.

Sternglass, fils de deux médecins juifs, est né à Berlin en 1923, et avait fui l’Allemagne nazie pour se  réfugier aux États-Unis avec sa famille en 1938. Il a obtenu tous ses diplômes universitaires à Cornell : licence, master et doctorat.

Sternglass correspondait au début de sa carrière avec Albert Einstein, qui l’a encouragé à poursuivre la physique appliquée plutôt que la recherche théorique.

Cornell a indiqué que les recherches de Sternglass ont permis la possibilité de créer un tube sensible pour caméras de télévision qui a permis de filmer ce qui s’est passé sur la lune en 1969. Il a aussi fait un travail d’avant-garde sur les radiographies numériques.

Il a travaillé pendant des années sur l’imagerie médicale à la faculté de médecine à Pittsburgh.

Licencié à 23 ans, il travaillait au laboratoire de la marine à Washington quand il a écrit à Einstein, en 1947, pour lui présenter une explication sur une question scientifique. A sa grande surprise, il a été invité à la résidence du célèbre scientifique à Princeton dans le New Jersey.

Eintein avait alors conseillé au jeune chercheur qu’était Sternglass de ne pas poursuivre une carrière en physique théorique et lui a recommandé de « toujours garder un travail de cordonnier » et de faire des choses utiles. Sternglass a obtenu son master et son doctorat en physique appliquée et en ingénierie à Cornell.

Il a été parmi les premiers scientifiques inquiets des effets sur la santé des essais nucléaires. En 1963, il a présenté un témoignage à l’audience du Sénat sur le Traité d’interdiction des essais des bombes atmosphériques au cours duquel il a présenté les essais de la bombe atmosphérique comme étant aussi dangereuse qu’une exposition à un niveau élevé de rayons-X.

La seconde femme de Sterglass est morte en 2004. Il laisse derrière lui un fils, une fille et quatre petits-enfants.