Un groupe appelé les Nouveaux Likudniks, accusé par des proches du Premier ministre Benjamin Netanyahu de vouloir prendre le contrôle, depuis l’intérieur, du parti de droite du Likud, a marqué des points lundi lorsqu’un ministre important du parti a déclaré à ses membres que « personne ne peut vous arrêter ».

Tzahi Hanegbi, ministre de la Coopération régionale, a ainsi déclaré à l’occasion d’un rassemblement des Nouveaux Likudniks à Tel Aviv : « c’est ainsi que commencent les révolutions. Elles commencent par des jeunes qui ne sont entraînés que par l’énergie, la motivation et la volonté de donner. »

Hanegbi, ministre du Likud considéré comme proche de Netanyahu, a ajouté qu’il était heureux de voir « un autre groupe idéologique » au sein du parti en plus d’un groupe défendant les implantations juives en Cisjordanie.

Le Likud est le plus grand parti de la coalition au pouvoir et gouverne avec divers partis de droite et religieux. Ce groupe rebelle est considéré comme une tentative d’évincer Netanyahu, Premier ministre depuis sept années consécutives.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant la réunion hebdomadaire du cabinet dans ses bureaux de Jérusalem, le 10 septembre 2017. (Crédit : Ronen Zvulun/AFP/Pool)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant la réunion hebdomadaire du cabinet dans ses bureaux de Jérusalem, le 10 septembre 2017. (Crédit : Ronen Zvulun/AFP/Pool)

Les membres de la faction nient toute intention de fomenter un putsch, affirmant que leur objectif est de faire revenir le parti – qui s’est déplacé sur la droite de l’échiquier politique sous Netanyahu — à ses racines libérales, avec un nationalisme modéré.

Lior Meiri, chef du mouvement des Nouveaux Likudniks, a indiqué que 13 000 personnes ont adhéré au parti du Likud via le groupe.

Le chef de la coalition, David Bitan, tente pour sa part d’empêcher le vote des Nouveaux Likudniks lors des primaires du parti.