L’organisation libanaise Hezbollah a prétendu jeudi avoir reçu une lettre de condoléances du commandant en chef militaire du Hamas, Mohammed Deif, le cerveau insaisissable de l’organisation terroriste qui a été ciblé par un raid aérien israélien pendant la guerre de l’été dernier dans la bande de Gaza et qui n’a pas été vu en public depuis.

Selon la chaîne de télévision libanaise Al-Manar, liée au Hezbollah, la lettre attribuée à Deif évoque la frappe aérienne de dimanche en Syrie qui aurait tué 12 personnes dont six Iraniens, membres des Gardiens de la Révolution.

L’auteur de la lettre souligne que les morts doivent servir de réveil pour les Musulmans à travers le monde, et critique « ceux qui sont lâches et soumis », faisant apparemment référence au président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

La lettre, qui a été adressée au secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah et à la direction de l’organisation, a également appelé à la vengeance immédiate contre Israël.

Officiellement, Israël n’a ni confirmé ni nié sa participation au raid en Syrie, bien que des sources de sécurité anonymes aient indiqué que l’attaque a été, effectivement, menée par l’armée israélienne.

Le mois dernier, le Hamas a publié une vidéo qui, selon eux, montre que Deif, qui a dirigé les Brigades Izz al-Din al-Qassam du Hamas, est bien vivant.

Le Hamas prétend que le chef terroriste Deif a survécu à une tentative d’élimination, le 19 août, dans laquelle sa femme et un de ses enfants ont été tués.

Des informations publiées à la fin de la guerre de l’été à Gaza ont suggéré que Deif se serait échappé lors de l’accalmie entre les deux frappes de missiles sur sa maison, dont la seconde a complètement démoli l’immeuble.

Auparavant, Deif a également survécu à au moins une autre tentative d’élimination.