Le ministre palestinien de l’Economie en charge notamment de l’épineux dossier de la reconstruction de la bande de Gaza après l’offensive israélienne meurtrière de l’été, a annoncé sa démission, alors que les travaux dans l’enclave sont toujours au point mort.

Mohammed Mustafa, également vice-Premier ministre du gouvernement d’union né en juin de la réconciliation entre le Hamas et le Fatah du président de l’AP Mahmoud Abbas, n’a pas expliqué les raisons de sa démission, qu’il a affirmé dans un communiqué avoir remise lors du Conseil des ministres mardi.

Il n’a eu de cesse toutefois ces derniers mois de dénoncer la lenteur de la reconstruction de Gaza après 50 jours de guerre qui ont laissé des dizaines de milliers sans abri.

Mustafa avait notamment à plusieurs reprises dénoncé les promesses non tenues des donateurs internationaux, rappelant que sur plus de 5 milliards de dollars promis au Caire en octobre, quelques centaines de millions seulement avaient été versés.

Le dossier de la reconstruction est également l’une des pommes de discorde qui persistent entre les deux rivaux en dépit de la réconciliation du printemps 2014.

Israël pose comme condition à l’entrée des matériaux de construction la remise des points de passage aux forces de l’Autorité palestinienne et de son gouvernement. Mais dans les faits, le Hamas, qui rechigne à remettre les clés du pouvoir qu’il a pris par la force en 2007 à Gaza, les tient toujours.

Depuis le cessez-le-feu il y a sept mois, Hamas et gouvernement d’union se renvoient la responsabilité de la lenteur de la mise en route de la reconstruction.