Israël a fait des « efforts extraordinaires » pour éviter les pertes civiles lors du conflit de cet été dans la bande de Gaza, a déclaré un chef militaire américain de haut rang, jeudi.

« Je crois vraiment qu’Israël a fait des efforts extraordinaires pour limiter les dommages collatéraux et les pertes civiles », a annoncé le général Martin Dempsey, président du Comité des chefs d’Etats-majors interarmées, lors d’un forum au Centre Carnegie pour la Paix internationale dans la ville de New York.

« Dans ce genre de conflit, quand on doit respecter des standards et pas votre ennemi, on va vous critiquer pour les pertes civiles », a-t-il ajouté, selon Reuters.

Les tunnels du Hamas « ont causé à l’armée de sérieuses difficultés », a expliqué Dempsey. « Mais ils ont fait des choses extraordinaires pour essayer de limiter les pertes civiles, y compris avertir qu’ils allaient détruire une structure particulière ».

Dempsey a fait la liste des mesures prises par l’armée israélienne comme l’avertissement avant une frappe aérienne et le parachutage de notes d’avertissement afin de protéger des vies civiles.

« L’armée israélienne ne souhaite pas faire de victimes civiles. Elle souhaite arrêter les tirs de roquettes et des missiles en provenance de la bande de Gaza vers Israël », a précisé Dempsey.

Le général américain a également raconté qu’une délégation américaine avait visité Israël il y a trois mois pour tirer des leçons du conflit, « afin d’inclure les mesures prises pour éviter les pertes civiles et ce qu’ils ont fait avec les tunnels ».

Les déclarations de Dempsey sont en contradiction totale avec le rapport récent d’Amnesty International accusant Israël de montrer une « indifférence insensible » dans les attaques sur des maisons de famille sur une zone côtière densément peuplée.

De leur coté, les forces israéliennes ont mené des attaques aériennes, d’artillerie et d’infanterie importantes sur Gaza.

Dempsey a également déclaré que des frappes sur l’Iran retarderaient, mais ne détruiraient pas, ses capacités nucléaires alors que la date limite pour un accord entre Téhéran et les grandes puissances approche.

Israël, par le passé, a évoqué la menace d’un action militaire pour empêcher l’Iran d’obtenir la bombe nucléaire, alors que Washington a laissé cette option ouverte.

« Nous avons la capacité, si on nous le demandait, de traiter la question de la capacité nucléaire de l’Iran », a expliqué Dempsey.

« Mais… si l’on se tourne vers les moyens militaires pour traiter la question du nucléaire iranien, cela ne ferait que la retarder, cela ne l’éliminera pas », a-t-il déclaré au Forum.

AFP ont contribué à cet article.