Trois adolescents ont plaidé coupable pour dégradations criminelles après avoir déformé une grande ménorah installée dans la cour d’entrée d’une famille de l’Arizona, lui donnant la forme d’une croix gammée.

Les adolescents, qui ont été arrêtés au mois de mars et jugés par le tribunal pour enfants pour cet incident survenu en décembre 2016 dans un quartier résidentiel de Chandler, dans l’Arizona, ont plaidé coupable jeudi devant la cour du comté de Maricopa.

Ils ont été condamnés à trente heures de service communautaire et à écrire une lettre d’excuses aux victimes et à leur payer un dédommagement. Ils rencontreront également un survivant de l’Holocauste et devront écrire une dissertation sur ce qu’ils ont appris sur la Shoah et seront également chargés d’analyser dans leur devoir l’impact de la profanation de la ménorah sur la communauté, a rapporté la filiale de CBS à Phoenix.

Le bureau du procureur du comté de Maricopa n’a pas encore décidé du sort du quatrième voyou impliqué dans l’incident, Clive Jamar Wilson, âgé de 19 ans, et qui avait publié un message d’excuses à la famille touchée sur Facebook après son arrestation.

Ce candélabre de Hanoukka, endommagé le 30 décembre 2016, avait été conçu en tuyaux de PVC recouverts de peinture dorée, et agrémenté de lumières fonctionnant à l’énergie solaire.

Les parents, Naomi et Seth Ellis, avaient expliqué avoir construit cette ménorah de deux mètres devant leur maison après que leurs trois fils, âgés de 5, 6 et 9 ans, ont demandé que des lumières soient installées dans leur cour d’entrée, comme les décorations de Noël placées chez leurs voisins.

La police avait aidé Naomi et Seth à démanteler la croix gammée, tôt dans la matinée, avant que les enfants Ellis ne la voient. Le candélabre avait été reconstruit et replacé. Environ 100 membres de la synagogue de la famille, leur rabbin et des voisins, s’étaient réunis dans le jardin d’Ellis pour reconstruire la ménorah.