Pour la première fois, quelque 45 adolescents issus de la communauté ultra-orthodoxe ont réussi leurs tests de sélection à l’entrée d’une unité parachutiste d’élite de Tsahal, a fait savoir le ministère de la Défense jeudi.

Le programme, intitulé “Haredim chez les parachutistes”, a inclus des ateliers de travail, des cours de Krav Mag, des exercices intellectuels et des conférences.

Les adolescents ont également pris part à certains exercices physiques aux côtés des membres de cette unité d’élite.

Cette initiative a été saluée comme étant le signe d’une réussite dans l’intégration des jeunes de cette communauté qui est traditionnellement exemptée du service militaire.

Ceux qui ont réussi la sélection, connue en hébreu sous le nom de gibush, rejoindront la brigade à la fin du mois de décembre par le biais d’un programme qui comprendra quatre mois d’exercices basiques, suivis par quatre mois d’entraînement au combat plus avancé.

Des soldats de la brigade des parachutistes s'entraînent au combat en porte-à-porte dans les zones inhabitées de Tzeelim, dans le sud d'Israël, le 10 juillet 2014. (Crédit : Flash90)

Des soldats de la brigade des parachutistes s’entraînent au combat en porte-à-porte dans les zones inhabitées de Tzeelim, dans le sud d’Israël, le 10 juillet 2014. (Crédit : Flash90)

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman a expliqué jeudi que l’intégration des adolescents au sein du corpus militaire était une autre “pierre d’achoppement” pour la communauté orthodoxe, dont des centaines de membres servent d’ores et déjà dans des unités militaires variées, actifs ou soumis au devoir de réserve.

Le ministère de la Défense a indiqué qu’il continuerait à investir des efforts visant à attirer encore davantage les membres de la communauté Haredim au sein de l’armée “tout en protégeant leur dignité et leur foi”.

“La réussite à ces tests est la meilleure réponse à apporter à ceux qui s’opposent [à la présence de soldats ultra-orthodoxes] et qui tentent de rendre la vie difficile à ceux qui veulent servir leur pays et le protéger”, a fait savoir le ministère.

De nombreux membres de la communauté des Haredim boudent le service militaire obligatoire qui s’applique à la majorité des israéliens et la communauté a toujours bénéficié dans l’histoire d’exemptions générales en faveur d’études religieuses au séminaire.

Les réformes passées à la Knesset en 2014 — qui ont été renversées plus tard en 2015 — cherchaient à écarter ces exemptions et à augmenter petit à petit le recrutement chez les ultra-orthodoxes.

Même si de nombreux hommes Haredim ont rejoint Tsahal, leur service est souvent rejeté par la communauté ce qui mène à des incidents portant sur des agressions commises à l’encontre de soldats ultra-orthodoxes.

Stuart Winer a contribué à cet article.