Des affiches offrant de l’argent à des enfants ultra-orthodoxes s’ils sont arrêtés ou blessés en accostant des soldats et des policiers religieux ont été retrouvées mardi à Bnei Brak, une ville majoritairement ultra-orthodoxe, dans un contexte de manifestation de membres extrémistes de la communauté contre le service militaire obligatoire en Israël.

Les affiches, titrées sarcastiquement « le vrai courage contre les enfants » et montrent des photographies d’un policier religieux arrêtant un enfant ultra-orthodoxe, implorent les enfants de crier sur les soldats et les policiers ultra-orthodoxes « Harkadim out », un terme insultant contre les soldats orthodoxes, qui ressemblent aux mots hébreux désignant un insecte et un germe.

Les affiches affirment que les « enfants vertueux » âgés de moins de 15 ans peuvent gagner 530 shekels s’ils sont arrêtés pour avoir crié cette insulte, et 290 shekels de plus s’ils sont touchés par les officiers pendant l’arrestation.

Les affiches anonymes disent aussi aux enfants que harceler les soldats ultra-orthodoxes est une mitzva, un devoir religieux, et qu’en agissant ainsi, ils sont « du côté de Dieu ».

« Souvenez-vous, enfants purs ! Vous êtes du côté de la Torah, vous êtes du côté de Dieu, vous gagnerez ! Les êtres malfaisants ne réussiront pas à détruire votre futur. Pour que nous puissions jouer un rôle dans votre acte formidable, nous avons décidé de récompenser chaque enfant qui osera se placer dans une voiture de police, car il aura effectué la mitzvah de crier ‘Harkadim out’ », peut-on lire sur les affiches.

Mardi également, la police a arrêté sept suspects, dont deux mineurs, qui ont attaqué des policiers déguisés en soldats à Mea Shearim, quartier ultra-orthodoxe de Jérusalem, a annoncé la Deuxième chaîne.

La police a indiqué que les suspects avaient été arrêtés après avoir encerclé les policiers sous couverture et leur avoir jeté des objets tout en les insultant.

Les incidents de mardi sont les plus récents de toute une série où des Juifs ultra-orthodoxes ont incité à la haine contre les membres de leur propre communauté qui rejoignent l’armée israélienne. Ils ont organisé des dizaines de manifestations pour protester contre l’enrôlement des Juifs religieux.

Des Juifs ultra-orthodoxes mettent le feu à l'effigie d'un soldat israélien pendant les fêtes de Lag BaOmer, dans le quartier Mea Shearim de Jérusalem, le 13 mai 2017. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

Des Juifs ultra-orthodoxes mettent le feu à l’effigie d’un soldat israélien pendant les fêtes de Lag BaOmer, dans le quartier Mea Shearim de Jérusalem, le 13 mai 2017. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

Ce mois-ci, des hommes et des femmes ultra-orthodoxes ont brûlé l’effigie d’un soldat israélien à Mea Shearim, ce que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a jugé « méprisable ».

Certains secteurs de la société ultra-orthodoxe refusent de reconnaître l’Etat d’Israël, et s’opposent au sionisme, parce qu’ils croient que l’établissement d’un Etat juif ne devrait se produire qu’après l’arrivée du Messie. La plupart des Juifs ultra-orthodoxes ne servent pas dans l’armée israélienne.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.