Une collection d’objets juifs datant du 18ème siècle a été saisie chez un trafiquant en archéologie par les autorités égyptiennes à la fin de la semaine dernière au cours d’une opération conjointe organisée par l’Autorité responsable des ports de Hurghada et l’unité chargée des antiquités dans les ports égyptiens, dépendante du ministère des Antiquités.

Les trafiquants ont tenté de déplacer six artéfacts juifs via la station balnéaire de Hurghada, sur la mer Rouge. Selon un article paru sur le site AhramOnline, Ahmed Al-Rawi, chef de l’administration centrale de l’unité des antiquités saisies au ministère des Antiquités, aurait déclaré que le butin qui a été trouvé a été découvert auprès d’un citoyen saoudien. Al-Rawi a ajouté que les objets avaient été authentifiés conformément à la loi 117/1983.

Ont été découvert une canne dotée d’une poignée gravée dans la pierre qui dépeint un homme barbu arborant une kippa.

De plus, cinq reliefs en pierre gravés de textes en hébreu et d’autres éléments juifs de décoration ont été saisis, selon un post paru sur Facebook sur la page du ministère égyptien des Antiquités.

Et parmi ces objets rares figurait un livre en hébreu de 29 pages décrit par les Egyptiens comme « les commandements de Judas Iscariote », l’un des 12 disciples de Jésus. Cet ouvrage ne daterait pas du 18ème siècle.

Des objets juifs saisis en Egypte par le ministère des Antiquités auprès d'un ressortissant saoudien dans la station balnéaire de la mer Rouge de Hurghada. (Crédit : Facebook)

Des objets juifs saisis en Egypte par le ministère des Antiquités auprès d’un ressortissant saoudien dans la station balnéaire de la mer Rouge de Hurghada. (Crédit : Facebook)

Deux images du livre qui ont été révélées par le ministère des Antiquités présentent un texte ésotérique en « Hébreu » qui paraît être une traduction médiocre d’une autre langue indéterminée. Les pages sont en noir et blanc et décorées de ce qui semble être des scorpions ou des homards. Dans le centre de chaque page, un bloc de texte écrit en hébreu incohérent.

Une page est intitulée « Au niveau de » et utilise des mots hébreux modernes, notamment « matkon » (recette), ce qui indiquerait que la page daterait d’une centaine d’années au plus.

Une image d'un livre de 29 pages utilisant des mots hébreux bizarres. Le livre a été saisi dans la station balnéaire de Hurghada, sur la mer Rouge, par le ministère égyptien des Antiquités. (Crédit : Facebook)

Une image d’un livre de 29 pages utilisant des mots hébreux bizarres. Le livre a été saisi dans la station balnéaire de Hurghada, sur la mer Rouge, par le ministère égyptien des Antiquités. (Crédit : Facebook)

La seconde page, illustrée par une femme ressemblant à une déesse grecque, qui tient un triton de ménorah, dit laborieusement « Apprenez comment vous élever au-dessus des choses, ce que vous pourriez faire si je n’étais pas forte », dans un hébreu dont on pourrait soupçonner qu’il a été écrit via Google traduction.

Un texte bizarre en hébreu saisi dans la station balnéaire de Hurghada, sur la mer Rouge, par le ministère égyptien des Antiquités. (Crédit : Facebook)

Un texte bizarre en hébreu saisi dans la station balnéaire de Hurghada, sur la mer Rouge, par le ministère égyptien des Antiquités. (Crédit : Facebook)