Un vagin de 3 mètres a été érigé à Tel Aviv.

La structure, installée avant la Journée internationale de la femme, célébrée mardi dernier, est une sculpture artistique installée au milieu de l’avenue Rothschild.

La vulve stylisée a été fabriquée avec des milliers de prospectus publicitaires pour des services d’escorte et de prostitution.

Un long parterre de 50 mètres, également composé de milliers d’annonces, mène à la sculpture.

Sasha Kurbatov et Vanane Borian, les créatrices de cette sculpture, qui vivent à Tel-Aviv, ont validé leur master en conception à l’université Shenkar l’an dernier.

« Ce n’est pas notre première œuvre sur ce sujet », a expliqué Kurbatov au site d’actualité Ynet.

« Il y a six mois, nous avons conçu une nouvelle carte de visite qui a été conçue comme un prospectus pour la prostitution, mais qui dit : « masturbez-vous tranquillement et seul’. Nous avons distribué ces cartes à travers la ville. Nous traitons de ce sujet en permanence ».

Les prospectus, répartis stratégiquement sur le trottoir pour donner l’impression qu’ils sont tombés par erreur, sont un fléau dans le paysage de Tel-Aviv. Parfois, les conducteurs qui utilisent les parcs de stationnement trouvent les petits dépliants sous leurs essuie-glaces quand ils retournent dans leurs véhicules.

Ces annonces comportent principalement des femmes légèrement vêtues dans des poses séduisantes. Ces publicités proposent des « massages » et ont généralement un astérisque indiquant ce ne sont « pas des services sexuels », car la prostitution est illégale en Israël. Mais les images laissent peu de place à l’imagination.

La répression policière répétée n’a pas mis fin à la prostitution, ni à la publicité pour ces services dans les rues de la ville.

Borian a déclaré de l’installation : « c’est venu comme une source d’inspiration de la réalité urbaine. Tous ces fragments de femmes qui sont sur le sol, les gens marchant sur elles, ils les voient mais elles n’ont plus aucune valeur. Une femme qui perd simplement toute valeur et qui devient un objet, pas même un objet complet ».

Il a fallu à Borian et Kurbatov environ un an pour recueillir l’énorme quantité de cartes pour construire la statue et la voie qui y mène.

Selon les artistes, « Les gens qui ramassent ces cartes sont à la recherche d’un grand vagin, donc nous leur avons juste donné un. Avant la journée de la Femme, nous voulions éveiller ces femmes qui ont été mises de côté. Nous [en tant que société] serions très heureux de balayer cette question sous le tapis. Nous n’en parlons pas assez ou ne lui donnons pas assez d’attention ».

Pour en savoir plus sur la prostitution en Israël, cliquez ici.