Dans un renversement de leur position habituelle sur ce dossier, les Etats-Unis se sont abstenus lors du vote. Les 14 autres membres du Conseil de sécurité ont eux voté en faveur du texte.

Le texte de la résolution 2234 exhorte Israël à « cesser immédiatement et complètement toute activité de colonisation en territoire palestinien occupé, dont Jérusalem-Est ».

Voici quelques réactions d’associations juives américaines après le résultat du vote à l’ONU :

« J Street salue la décision prise aujourd’hui par l’administration Obama de s’abstenir de voter sur une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies qui réaffirme la nécessité d’une solution à deux États et appelle à mettre un terme aux actions des deux parties qui sapent les perspectives de paix.

La résolution est conforme à la politique bipartite américaine de longue date, qui comprend un solide soutien à la solution à deux États et une opposition claire aux actions irresponsables et dommageables, y compris l’incitation et le terrorisme palestiniens et l’expansion des colonies israéliennes et les démolitions. Le conflit israélo-palestinien ne peut se terminer que sur la base d’un accord mutuel entre Israéliens et Palestiniens. »

« B’nai B’rith regrette profondément que les États-Unis n’aient pas apposer leur veto à cette résolution inutile et autodestructrice. Il s’agit de la dernière manifestation d’un déséquilibre obscène dans la façon dont l’ONU traite Israël et montre directement à quel point l’organisation mondiale a dévié de sa mission originelle d’équité et d’objectivité. »

L’AIPAC, puissant groupe de pression pro-Israël à Washington, a estimé que ce vote montrait une fois de plus que « les Nations unies sont un forum destiné à isoler et délégitimer Israël ».

La coalition juive républicaine :

« En permettant à la résolution anti-israélienne des Nations unies d’être adoptée par le Conseil de sécurité, face à une féroce opposition bipartite, les actions de l’administration Obama seront à jamais rappelées comme un moment sombre et honteux pour notre pays.

La résolution adoptée aujourd’hui ne constituera qu’un obstacle majeur à la paix, ce qui ne peut être véritablement réalisé que par des négociations. Au lieu de presser les Palestiniens pour être un partenaire pour la paix, le président Obama a choisi de rompre avec les pratiques diplomatiques de longue date et a permis à l’ONU, unilatérale et anti-Israël, d’être utilisée comme un outil pour fustiger Israël, notre plus grand allié au Moyen Orient.

Le sénateur américain Lindsey Graham (R-SC) lors d'une conférence de presse à Jérusalem, le 27 mai 2015 (Crédit : AFP / Menahem Kahana)

Le sénateur américain Lindsey Graham (R-SC) lors d’une conférence de presse à Jérusalem, le 27 mai 2015 (Crédit : AFP / Menahem Kahana)

Nous félicitons les sénateurs républicains, dirigés par le sénateur Lindsey Graham, [qui souhaitent] couper les fonds des Nations Unies, qui ont maintes fois montré leur parti pris anti-israélien. Ce qui s’est passé aujourd’hui sera toujours sur les têtes du Président, de son Parti, et des groupes comme J Street qui sont restés silencieux. »

Le sénateur républicain Lindsey Graham de Caroline du Sud avait averti vendredi soir [avant le vote] que Washington pourrait couper le financement aux Nations unies – aussi bien qu’à certains états membres – si le Conseil de sécurité adopte une résolution contre des implantations.

« Si les Nations Unies avancent avec la résolution mal conçue, je travaillerai à former une coalition bipartisane pour suspendre ou réduire considérablement l’aide des Etats-Unis aux Nations unies », avait déclaré Graham dans un communiqué cité par Reuters.

Le sénateur démocrate Chuck Schumer, qui a fait pression sur l’administration Obama jusqu’à la dernière minute, a décrit une décision « extrêmement frustrante, décevante et déconcertante ».