Un groupe de Berbères marocains a créé une organisation dédiée à la lutte contre l’antisémitisme et au renforcement des liens culturels avec Israël.

L’Observatoire marocain de lutte contre l’antisémitisme, fondé la semaine dernière, est dirigé par le militant berbère du droit des minorités, Omar Louzi, selon un article jeudi de l’édition en ligne du quotidien Ya Biladi.

« Nous sommes là pour arrêter les attaques antisémites dans les mosquées et ailleurs contre les juifs et leur culture », a affirmé Louzi au site de nouvelles PanoraPost.com jeudi, au sujet de l’association qu’il a cofondée avec deux autres Berbères. Les autres cofondateurs n’ont pas été nommés.

Louzi envisage d’organiser des voyages en Israël pour les Marocains afin de « rencontrer des Juifs marocains et de visiter leurs lieux saints, en particulier à Jérusalem », a rapporté Ya Biladi.

L’initiative intervient dans le climat d’un débat au Maroc sur ses relations relativement amicales avec Israël. L’an dernier, cinq partis politiques, y compris le parti islamiste au pouvoir, ont organisé conjointement deux projets de loi pour interdire le commerce avec des entités israéliennes. Un des projets de loi veut interdire aux Israéliens d’entrer au Maroc.

Parmi les adeptes des projets de loi, l’Observatoire marocain contre la normalisation avec Israël, une association créée l’année dernière, qui vise à contester la politique de relative ouverture par rapport à Israël prônée par le roi Mohammed VI.

La formation du groupe de Louzi fait suite à l’annulation le mois dernier d’une visite prévue de trois militants berbères en Israël.

Les trois – Omar Ouchann, Boubker Ouchann Inghir et Mounir Kejji – devaient assister à une conférence organisée par le centre Moshe Dayan de l’Université de Tel Aviv pour les études africaines et moyen-orientales. Ils ont annulé suite à des allégations dans les médias marocains selon lesquelles ils seraient des espions israéliens.

Pour Kejji, ces articles sont une forme d’ « intimidation ». Dans une interview pour le site de nouvelles Red Marruecos, il ajoute que lui et Omar Ouchann ont dû annuler « pour des raisons familiales ». Inghir, professeur d’université, a dû se rétracter, n’ayant pas reçu l’approbation du ministère de l’Education marocain, explique Kejji.

Le mois dernier, une équipe de jeunesse de football de Marrakech a annulé un tournoi international pour les 11 à 13 ans dans l’ouest de la France, car elle devait affronter une équipe israélienne, a rapporté le site de nouvelles afriquinfos.com, précisant que la décision ne provenait pas du Kawkab Athletic Club Marrakech mais de la Fédération marocaine de football.