Un groupe majeur de militants a rencontré la semaine dernière l’archevêque de l’Afrique du Sud Desmond Tutu pour lui exprimer leurs préoccupations face à ses déclarations passées sur Israël.

Des représentants du Centre for Israel and Jewish Affairs [Centre pour Israël et les affaires juives], ou CIJA, ont rencontré Tutu le 27 mai à Toronto, où il assistait à un rassemblement international de l’Ordre de Saint-Jean, selon Canadian Jewish News.

L’autre organisation juive cnadienne majeure, B’nai B’rith Canada, a refusé de rencontrer le prêtre.

Shimon Fogel, le directeur général du CIJA, a déclaré que la réunion portait exclusivement sur le conflit israélo-arabe et donné au Centre l’occasion d’exprimer sa consternation face aux déclarations anti-israéliennes de Tutu au fil des ans.

« Nous considérons ses vues comme étant profondément blessantes et préjudiciables pour le seul Etat de la région dans lequel la communauté chrétienne peut pratiquer sa foi sans aucun type d’intimidations, de menaces et de persécutions qui existent ailleurs », a déclaré Fogel au journal.

Fogel a affirmé que Tutu était « entièrement impénitent et sans vergogne », et n’a montré aucune volonté de modifier sa position.

« Il n’acceptait pas l’idée que [ces vues] bénéficieraient d’autres considérations, par exemple… que les préoccupations de sécurité légitimes d’Israël ont donné lieu à la mise en place des points de contrôle, de la barrière de sécurité, etc. ».

B’nai B’rith Canada n’a pas été approché au sujet d’une rencontre avec Tutu. Le président du groupe, Frank Dimant, a déclaré au Canadian Jewish News : 

« Celui qui a ce genre d’opinions vis-à-vis de l’Etat d’Israël n’est pas une personne avec laquelle nous voulons engager une conversation, et nos membres juifs ne seraient pas d’accord que nous le rencontrions ».

Mais écrivant dans la publication de B’nai Brith, Tribune juive, Dimant a déclaré que son organisation a « refusé » de rencontrer Tutu.

« Il suffit de regarder le bilan de l’archevêque Desmond Tutu pour voir qu’il n’est clairement pas un ami d’Israël ou du peuple juif », a affirmé Dimant dans un communiqué.

Il a indiqué que le CIJA « avait tous les droits » de rencontrer Tutu, ajoutant : « Nous disons simplement que nous avons choisi pour représenter notre circonscription de ne pas le rencontrer ».