Des centaines de fonctionnaires du Hamas ont investi mardi le siège du gouvernement palestinien d’union à Gaza, pour un sit-in qu’ils ont promis de poursuivre jusqu’à ce que leurs salaires soient payés.

« Notre sit-in est pacifique et nous ne voulons pas détruire les biens publics mais nous resterons jusqu’à ce que nos membres soient reconnus et que leurs salaires soient payés », a indiqué Khalil al-Zayan, porte-parole du syndicat des fonctionnaires.

« Ils ne sont pas payés depuis sept mois, ils ne peuvent plus payer les frais pour leurs familles et cela est inacceptable », a-t-il poursuivi alors que la crise se poursuit entre le Hamas et le gouvernement d’indépendants né de sa réconciliation au printemps avec son rival historique du Fatah, le parti du président de l’AP Mahmoud Abbas.

Depuis la réconciliation, le mouvement terroriste exige que le nouveau gouvernement règle les salaires des 50 000 fonctionnaires qu’il a recruté depuis sa prise de pouvoir par la force en 2007, pour remplacer les 70 000 employés de l’Autorité palestinienne.

Le gouvernement d’union s’est engagé à rétablir ces derniers dans leurs fonctions, ajoutant que les fonctionnaires du Hamas, eux, seraient intégrés, selon les besoins des différents ministères.

Seuls 24 000 fonctionnaires du Hamas qui travaillent dans les domaines civils ont reçu une indemnisation partielle de 1 200 dollars fin octobre. Le reste, ceux faisant partie des services de sécurité, n’ont rien reçu.

« On en a assez des promesses mensongères, donc soit le gouvernement démissionne soit il prend toutes ses responsabilités envers Gaza et la traite de même façon que la Cisjordanie », a ajouté Zayan.

Fin décembre, des centaines de fonctionnaires du Hamas avaient bloqué le siège du gouvernement à l’occasion de la première visite de travail d’une importante délégation ministérielle.